C'ÉTAIT ÉCRIT LES CONSEILS MAKE-UP D'OVIDE

Causeur - - Culture & Humeurs - Par Jé­rôme Le­roy

Si la réa­li­té dé­passe par­fois la fic­tion, c'est que la fic­tion pré­cède sou­vent la réa­li­té. La lit­té­ra­ture pré­voit l'ave­nir. Cette chro­nique le prouve.

Beau­té, que de crimes on com­met en ton nom ! Depuis quelque temps, sur in­ter­net, le « masque noir » est à la mode. Il s’agit d’une pâte cos­mé­tique à base de char­bon qui fait fu­reur pour dés­in­crus­ter la peau et éli­mi­ner les bou­tons dis­gra­cieux. Le pro­blème est que ces masques noirs, d’après de nom­breuses in­for­ma­tions, pro­voquent le plus sou­vent de sé­rieuses ir­ri­ta­tions, des dé­man­geai­sons voire des brû­lures, au point que la FEBEA (fé­dé­ra­tion des en­tre­prises de la beau­té) de­mande l’in­ter­dic­tion de trois d’entre eux, fa­bri­qués en Chine, et dé­plore qu’« au­cun de ces pro­duits, pour­tant ache­tés sur un site fran­çais, ne soit éti­que­té en fran­çais, ce qui est pour­tant obli­ga­toire ». Certes, le Bau­de­laire d’éloge du ma­quillage re­mar­quait avec jus­tesse que « le ma­quillage n’a pas à se ca­cher, à évi­ter de se lais­ser de­vi­ner ; il peut, au contraire, s’éta­ler, si­non avec af­fec­ta­tion, au moins avec une es­pèce de can­deur », mais cer­tai­ne­ment pas au point de trans­for­mer la jo­lie femme en créa­ture is­sue d’un film gore. Comme la FEBEA re­com­mande de vé­ri­fier « la liste des in­gré­dients, le nu­mé­ro de lot, le nom et l’adresse de la per­sonne res­pon­sable », les uti­li­sa­trices (et les uti­li­sa­teurs car les hommes aus­si veulent être beaux) pour­ront se ras­su­rer avec Ovide qui, en per­sonne très res­pon­sable, donne dans son Art d’ai­mer la re­cette d’un pee­ling sans dan­ger, et bio de sur­croît : « Com­ment, au sor­tir du som­meil, don­ner de l’éclat à la blan­cheur de votre teint ? Dé­pouillez de sa paille et de son en­ve­loppe l’orge que nos vais­seaux ap­portent des champs de la Li­bye, pre­nez-en deux livres et dé­trem­pez-le avec de l’ers, en égale quan­ti­té, dans une di­zaine d’oeufs. Quand ce mé­lange au­ra été sé­ché au grand air, faites-le broyer par une ânesse sous une meule ro­cailleuse. » Il ne vous reste qu’à trou­ver l’ânesse et la meule, et à pen­ser à une autre source d’ap­pro­vi­sion­ne­ment que la Li­bye qui connaît quelques pro­blèmes ces temps­ci. Mais en­fin, il faut sa­voir ce que vous vou­lez. Votre beau­té est à ce prix. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.