FIÈVRE CAF­TEUSE ET PO­PU­LISME PÉ­NAL

Non contentes d'ap­pe­ler à la dé­la­tion gé­né­ra­li­sée, les mi­li­tantes as­so­cia­tives exigent que dans les af­faires de har­cè­le­ment, le lé­gis­la­teur in­verse la charge de la preuve, une des pierres an­gu­laires de notre droit et de nos li­ber­tés.

Causeur - - Harcèlement Féministe Arrêtez La Chasse À L'homme - Par Anne-ma­rie Le Pou­rhiet

Àun conseiller qui l’in­ter­ro­geait sur le rem­bour­se­ment de la contra­cep­tion, le gé­né­ral de Gaulle avait ré­pon­du : « La Ré­pu­blique ne s’oc­cupe pas de la ba­ga­telle. » Les temps ont bien chan­gé et, de nos jours, la Ré­pu­blique ne semble plus vou­loir s’oc­cu­per que de ba­ga­telle. Sous l’in­fluence du mul­ti­cul­tu­ra­lisme, du néo­fé­mi­nisme et du mi­li­tan­tisme LGBT, la sexua­li­té est de­ve­nue l’ob­ses­sion de l’état et de sa lé­gis­la­tion. Don­nant rai­son à Phi­lippe Mu­ray qui voyait dans l’en­vie du pé­nal la tor­sion nor­ma­tive de l’en­vie du pé­nis, notre droit est chaque jour da­van­tage en­va­hi de normes sexuelles : droit du tra­vail, droit de l’édu­ca­tion, droit de la san­té, droit ci­vil, droit com­mer­cial, droit ad­mi­nis­tra­tif, droit de la presse et de la com­mu­ni­ca­tion et, bien sûr, droit pé­nal, il n’est pas un do­maine du droit qui ne soit tou­ché par cette in­fla­tion. La « lutte contre » tel ou tel fléau so­cié­tal est de­ve­nue om­ni­pré­sente dans le dis­cours ju­ri­dique et il n’est pas un pro­jet ou une pro­po­si­tion de loi qui, le plus sou­vent sous la pres­sion d’as­so­cia­tions mi­li­tantes au­to­pro­cla­mées re­pré­sen­tantes de « vic­times », ne com­porte pas les termes « lutte contre » dans son titre ou dans son ex­po­sé des mo­tifs. L’in­ter­sec­tion­na­li­té des luttes s’est ain­si in­crus­tée dans le droit contem­po­rain pour y cor­rompre tous les prin­cipes ré­pu­bli­cains.

Il convien­drait, en ef­fet, que les Fran­çais prennent conscience que les lois de notre pays, ain­si d’ailleurs que les normes eu­ro­péennes dont beau­coup de textes na­tio­naux ne sont que le ser­vile re­co­piage, sont très lar­ge­ment dic­tées à nos re­pré­sen­tants par des lob­bies de toutes sortes. Il n’y a pas que les groupes d’in­té­rêts éco­no­miques et so­ciaux qui tiennent, en France, la plume du lé­gis­la­teur, il y a aus­si des as­so­cia­tions mi­li­tantes vin­di­ca­tives et sec­taires dé­fen­dant des in­té­rêts pu­re­ment ca­té­go­riels, ou du moins ce qu’elles pré­tendent être l’in­té­rêt des per­sonnes dont elles s’érigent uni­la­té­ra­le­ment en man­da­taires. On ne compte ain­si plus les as­so­cia­tions qui re­ven­diquent de por­ter la pa­role des femmes et de dé­fendre leurs in­té­rêts alors que leur re­pré­sen­ta­ti­vi­té est nulle et que leurs di­ri­geantes n’ont évi­dem­ment ja­mais été élues par per­sonne. La com­po­si­tion des or­ganes de ces as­so­cia­tions, qui s’in­filtrent dans tous les rouages de l’ap­pa­reil d’état, ré­vèle sou­vent des per­son­na­li­tés aca­riâtres et éner­vées, mar­quées par un fort res­sen­ti­ment per­son­nel ou des ex­pé­riences dou­lou­reuses qu’elles soignent par un achar­ne­ment mi­li­tant ten­dant à trans­for­mer leur vé­cu sub­jec­tif en com­bat ob­jec­tif. Les pro­cé­dés uti­li­sés sont sou­vent très dis­cu­tables, voire fran­che­ment mal­hon­nêtes : pro­duc­tion de ré­sul­tats d’en­quêtes opaques et ap­proxi­ma­tives, af­fir­ma­tions men­son­gères ou clai­re­ment er­ro­nées, chiffres dé­for­més, études biai­sées, son­dages ef­fec­tués à par­tir de ques­tions et d’échan­tillons tru­qués, fal­si­fi­ca­tion d’in­for­ma­tions par ac­tion ou par omis­sion, com­men­taires abu­sifs et dé­loyaux. Les res­pon­sables d’as­so­cia­tions fé­mi­nistes qui dé­filent ces temps-ci dans les mé­dias, pour nous ex­pli­quer doc­te­ment ce qui est ou n’est pas du har­cè­le­ment sexuel, prennent ma­ni­fes­te­ment leurs dé­si­rs pour des réa­li­tés ju­ri­diques qu’ils ne sont pas. Non, fixer une per­sonne, lui faire un com­pli­ment sur son phy­sique ou sa te­nue ou lui dire « Ma­de­moi­selle, vous êtes char­mante » ou « Vous ha­bi­tez chez vos pa­rents ? » n’est pas du har­cè­le­ment, contrai­re­ment →

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.