Ma­gyars: l'em­pire écla­té

Causeur - - Pas D'amalgame -

De­puis l'ex­plo­sion de l'au­tri­che­hon­grie scel­lée par le trai­té de Tria­non (1920), le ter­ri­toire hon­grois n'est plus ce qu'il était. Si bien que 1,2 mil­lion de Hon­grois « eth­niques » vivent en Rou­ma­nie (Tran­syl­va­nie), 450 000 en Slo­va­quie, 250 000 en Ser­bie (Voï­vo­dine) et 150 000 en Ukraine. La cons­ti­tu­tion de 2011 ac­corde la na­tio­na­li­té à tous les Ma­gyars de la ré­gion, mais la so­li­da­ri­té trans­fron­ta­lière ne va pas tou­jours de soi. En 2002, Orbán a sans doute dû sa courte dé­faite à la si­gna­ture d'un ac­cord bi­la­té­ral per­met­tant aux ci­toyens rou­mains de se soi­gner à moindre coût dans les hô­pi­taux hon­grois. Il a alors su­bi une in­tense cam­pagne de dé­ni­gre­ment na­tio­na­liste… de la part du Par­ti so­cia­liste ! De­puis, le Pre­mier mi­nistre a tro­qué son chau­vi­nisme ma­gyar contre un na­tio­na­lisme im­pé­rial en nouant des ac­cords éco­no­miques par-de­là les fron­tières. Son oli­garque fa­vo­ri Lő­rinc Mészá­ros a ain­si in­ves­ti dans une my­riade de clubs de foot­ball ma­gya­ro­phones dans cinq pays dif­fé­rents, ce­pen­dant qu'une bière ma­gyare fait fu­reur en Tran­syl­va­nie. Mais les der­nières nou­velles in­quiètent Bu­da­pest : Kiev pré­voit l'ukrai­ni­sa­tion pro­chaine de tous ses col­lèges et ly­cées tan­dis que la mi­no­ri­té si­cule de Rou­ma­nie, as­si­mi­lée à l'eth­nie ma­gyare, voit tou­jours ses droits cultu­rels ba­foués. En signe de ré­tor­sion, le Par­le­ment hon­grois a his­sé la ban­nière si­cule en lieu et place du dra­peau eu­ro­péen. Am­biance…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.