La prin­cesse punk de l'afd

Causeur - - Brèves - Par Fré­dé­ric de Na­tal

En Ba­vière, l’om­ni­po­tente CSU (Union chré­tien­ne­so­ciale) a tra­ver­sé un oc­tobre noir. Tom­bée à son plus bas ni­veau his­to­rique (37 %) lors des élec­tions ré­gio­nales, l’al­lié conser­va­teur d’an­ge­la Mer­kel a per­du des plumes au pro­fit des Verts (17 %) et de l’afd (10 %), qui réa­lise une per­cée his­to­rique, de­vant le SPD, le grand par­ti so­cial-dé­mo­crate. Dans son com­bat contre l’im­mi­gra­tion, l’afd bé­né­fi­cie d’un ren­fort de poids en la per­sonne de la prin­cesse ba­va­roise Glo­ria von Thurn und Taxis, 58 ans, épouse de­puis 1980 d’un prince ca­det de la mai­son royale de Ba­vière. En sep­tembre, cette pro­vo­ca­trice née a par­ti­ci­pé à une ma­ni­fes­ta­tion de l’afd ré­cla­mant l’in­ter­dic­tion de toute pro­pa­gande LGBT lors des cours d’édu­ca­tion sexuelle. Ce genre de cor­tège n’em­pêche pas l’afd, à l’ins­tar du Ras­sem­ble­ment na­tio­nal, d’at­ti­rer de nom­breux ho­mo­sexuels, au point d’y avoir fon­dé une an­tenne LGBT. Nul n’est à un pa­ra­doxe près : la prin­cesse Glo­ria a qua­li­fié le ma­riage gay d’« oeuvre du diable », condam­nant même l’uti­li­sa­tion des pré­ser­va­tifs par la jeune gé­né­ra­tion, alors que cette proche du pape émé­rite Be­noît XVI a au­tre­fois or­ga­ni­sé de sa­crées par­ties fines dans son châ­teau et s’en­toure d’une garde rose. Quant à son ma­ri Jo­hannes, ses par­ties dé­jan­tées dans les dis­co­thèques ho­mo­sexuelles de Mu­nich sont en­trées dans les an­nales. Après des dé­cen­nies pas­sées à faire la joie des ma­ga­zines people, la prin­cesse Glo­ria a gla­cé ses pe­tits ca­ma­rades jet-set­teurs en mul­ti­pliant les dé­cla­ra­tions chocs ces der­nières an­nées. L’ar­tiste qui vend à prix d’or ses toiles à Pa­ris a ain­si fait dé­grin­go­ler sa cote par ses ex­tra­va­gances xé­no­phobes, telles que : « Les Afri­cains baisent dé­ci­dé­ment trop ! » Connue pour ses coupes de che­veux mul­ti­co­lores et ses te­nues en ours en pe­luche, la prin­cesse punk sou­tient lo­gi­que­ment le Pre­mier mi­nistre hon­grois Vik­tor Or­ban, au­quel elle sait gré d’avoir ré­ha­bi­li­té la mai­son des Habs­bourg. Mais chez les Thurn und Taxis, le com­pa­gnon­nage avec les droites ra­di­cales eu­ro­péennes est loin de faire l’una­ni­mi­té. Bien que le cor soit l’em­blème de la fa­mille, les princes pré­fèrent évi­ter de faire du bruit. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.