Twi­ti you said ? Twi­ti ?

Connaissance de la Chasse - - Livres - Hu­bert Le­bau­dy

Je sup­pose que ce nom ne vous dit rien. Dans le cas contraire, bra­vo ! Car ce trai­té de chasse est le plus an­cien écrit en An­gle­terre dans la pre­mière moi­tié du XIV siècle et est presque

e in­con­nu chez nous. La Vé­ne­rie de Twi­ti est connu par deux ma­nus­crits, un qui fai­sait par­tie de la col­lec­tion Phil­lipps et un autre à Cam­bridge. Il a fal­lu at­tendre le xixe siècle et Sir Tho­mas Dry­den pour que ce texte soit im­pri­mé sur les presses de Phil­lipps en 1840 et ti­ré à 25 exem­plaires. Sir Hen­ry Dry­den en fit une ré­im­pres­sion en 1844 beau­coup plus com­plète ti­rée à 40 exem­plaires. Mettre la main sur une de ces deux pre­mières éditions est un ex­ploit. Heu­reu­se­ment, le Sloe Gin vient à bout de bien des cha­grins ! En France, c’est Pai­rault en 1883 qui l’a im­pri­mé mais à seu­le­ment 35 exem­plaires, puis en 1910 à 75 exem­plaires. Cette der­nière édi­tion, pas bon mar­ché, se trouve plus fa­ci­le­ment. Le ton est clas­sique pour l’époque : un maître ré­pond aux ques­tions d’un ap­pren­ti. L’en­sei­gne­ment est très ins­truc­tif. Le texte d’ori­gine est écrit en fran­çais, la langue « chic » à l’époque en An­gle­terre. Une bi­blio­thèque consa­crée à la vè­ne­rie doit avoir ce livre fon­da­men­tal dans la cul­ture de la chasse eu­ro­péenne, n’est-il pas ? Ti­lan­der a si­gné une édi­tion avec le texte an­cien et le texte en fran­çais mo­derne en re­gard, en 1956, avec nombre de notes et d’in­for­ma­tions pour que vous puis­siez briller dans les dî­ners. Je vous laisse vous dé­brouiller avec le Thié­baud et autres bi­blio­gra­phies, moi je vais chan­ter God Save the Queen. Bonne lec­ture chez vous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.