Le bro­card dès le 1er mai?

Connaissance de la Chasse - - Courrier -

Nous at­ten­dons le 1er juin pour chas­ser le bro­card à l’ap­proche et à l’af­fût. Chez nos voi­sins eu­ro­péens, cette chasse dé­bute plus tôt, en mai voire en avril…

En mai fais ce qu’il te plaît », dit un cé­lèbre pro­verbe. La chasse in­di­vi­duelle à l’ap­proche du bro­card, qui connaît un fort dé­ve­lop­pe­ment en France et sé­duit un nombre crois­sant d’adeptes de­puis près de trois dé­cen­nies, ouvre mal­heu­reu­se­ment as­sez tar­di­ve­ment (à par­tir du 1er juin), à l’ex­cep­tion de quelques dé­par­te­ments de l’Est ré­gle­men­tés par la loi lo­cale qui au­to­rise la chasse au bro­card dès le 15 mai. Dans de nom­breux pays où la chasse au bro­card est une tra­di­tion bien an­crée dans les moeurs cy­né­gé­tiques, la lé­gis­la­tion per­met aux chas­seurs de pra­ti­quer leur pas­sion dès le dé­but du mois de mai et même en avril, comme en An­gle­terre ou en Hon­grie. Alors pour­quoi ne pas gé­né­ra­li­ser l’ou­ver­ture de la chasse au bro­card à l’ap­proche dès le 1er mai sur l’en­semble de l’Hexa­gone ? Les nom­breux avan­tages qui plaident en fa­veur d’une ou­ver­ture dès le 1er mai en France tiennent au­tant au plai­sir qu’à l’ef­fi­ca­ci­té des sor­ties de chasse : la hau­teur de la vé­gé­ta­tion qui connaît une crois­sante très im­por­tante au prin­temps

est l’obs­tacle ma­jeur à par­tir du 1er juin pour ef­fec­tuer une ob­ser­va­tion ef­fi­cace et une iden­ti­fi­ca­tion fiable des bro­cards au cours d’une sor­tie de chasse. Il est fré­quent en juin de dé­cou­vrir dans une haute prai­rie her­beuse non fau­chée une paire d’oreilles de che­vreuil en­ca­drant deux bois sans avoir au­cune pos­si­bi­li­té de pou­voir ef­fec­tuer un tir pré­cis ! Com­bien de fois dès l’ou­ver­ture de juin, dans les ré­gions agri­coles com­po­sées de grandes par­celles de blé, un che­vreuil reste-t-il qua­si­ment in­vi­sible à la vue du chas­seur qui n’a sou­vent pas d’autre so­lu­tion que d’at­tendre la mois­son de juillet pour es­pé­rer ren­con­trer le bro­card convoi­té au dé­cou­vert dans les chaumes ? L’ou­ver­ture au 1er mai per­met­trait donc de voir beau­coup mieux les bro­cards, no­tam­ment les plus vieux qui sont les plus pru­dents et donc les plus dif­fi­ciles à ob­ser­ver au cours d’une sor­tie de chasse à l’ap­proche. Sans ou­blier que les bro­cards sont très ac­tifs au cours du mois de mai pour mar­quer les li­mites de leurs ter­ri­toires res­pec­tifs tout en sur­veillant les in­tru­sions de leurs congé­nères et ri­vaux. Leurs nom­breux dé­pla­ce­ments

fa­vo­risent ain­si les ob­ser­va­tions du chas­seur. La France est aus­si le pays cham­pion des jours fé­riés et non tra­vaillés en mai et de nom­breux chas­seurs de bro­cards pour­raient or­ga­ni­ser avec bon­heur leurs sé­jours de chasse du­rant leurs congés prin­ta­niers ! L’ou­ver­ture gé­né­ra­li­sée de la chasse à l’ap­proche du bro­card dès le 1er mai ne gê­ne­rait pas la chasse tra­di­tion­nelle en bat­tue aux chiens cou­rants à l’au­tomne et en hi­ver, des­ti­née à réa­li­ser prin­ci­pa­le­ment les plans de chasse de che­vrettes et de che­vrillards. L’ave­nir de la chasse en France doit prendre en compte prio­ri­tai­re­ment la né­ces­si­té d’ap­por­ter aux chas­seurs un réel es­pace de li­ber­té à la fois at­trac­tif et mo­ti­vant qui est une des condi­tions es­sen­tielles de la pé­ren­ni­té de notre belle pas­sion. L’ou­ver­ture de la chasse au bro­card dès le 1er mai dans notre pays doit donc de­ve­nir une réa­li­té concrète dans un ave­nir proche pour per­mettre à de nou­veaux chas­seurs de dé­cou­vrir ce mode de chasse dis­cret et pas­sion­nant et pour tous ceux qui le pra­tiquent dé­jà de­puis long­temps. Un guet­teur d’ombre

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.