Pour un sé­jour réus­si

Connaissance de la Chasse - - Landes Forestières -

- Les ter­ri­toires des Ac­ca lan­daises sont par­mi les plus vastes de France (jus­qu’à 10000 ha chas­sables). Un re­pé­rage réa­li­sé en voi­ture hors des heures cré­pus­cu­laires de chasse peut faire ga­gner un temps pré­cieux au chas­seur vi­si­teur. Sans ou­blier que les sor­ties du ma­tin im­posent d’ar­ri­ver sur le site de nuit ! Soyez pré­voyant. - Les Landes de Gas­cogne re­posent sur un sol sa­blon­neux. Si de nom­breuses voies toutes car­ros­sables percent la campagne, celles non bi­tu­mées ou em­pier­rées ré­cla­me­ront un vé­hi­cule 4×4. Les chas­seurs dé­mu­nis de ce type de vé­hi­cule au­ront in­té­rêt à se pour­voir d’un sac à dos pour trans­por­ter leur gi­bier de­puis l’an­schuss jus­qu’à leur vé­hi­cule. Les chan­ceux, eux, n’au­ront qu’à se pro­cu­rer un bac de trans­port pour la car­casse, jus­qu’à la chambre froide. - La ve­nai­son de che­vreuil n’est pas très pri­sée par les chas­seurs lan­dais. Veillez dès votre ar­ri­vée à vous en­qué­rir d’une per­sonne in­té­res­sée si vous ne sou­hai­tez pas rem­por­ter votre gi­bier. - Les tirs de ren­contre sur le re­nard sont ac­cor­dés à tout chas­seur et gra­tui­te­ment. Il en va éga­le­ment de même pour le san­glier sur une ma­jo­ri­té des ter­ri­toires. « Il faut conce­voir ce­la comme un bo­nus et sur­tout ne pas ve­nir uni­que­ment dans cette op­tique. Les chas­seurs viennent avant tout pour chas­ser le bro­card », pré­vient Ti­mo­thé Que­nouille.

di­gués par le pré­sident de l’Ac­ca. En retour, il compte bien aus­cul­ter une pe­tite ja­chère ou­bliée qui mange l’im­mense culture de maïs en bor­dure de la fo­rêt. Il pa­raît que les che­vreuils la fré­quentent as­si­du­ment. Par­ve­nu sur le site pro­met­teur, l’homme per­çoit vite une masse rousse. Seule, comme sou­vent avec le che­vreuil, la moi­tié haute de la ligne dor­sale émerge de la vé­gé­ta­tion, sa tête a dis­pa­ru. L’ani­mal borde la culture. Quelques cen­ti­mètres à fran­chir et il dis­pa­raî­trait dans le ri­deau de tiges aux larges feuilles. Il faut se hâ­ter len­te­ment. L’homme pro­gresse dé­sor­mais dans un rang pour ga­gner en dis­tance puis cale sa canne de tir. Im­mo­bile, l’oeil dans la lu­nette, il at­tend dé­sor­mais de pou­voir ju­ger l’ani­mal. Puis vien­dra en­suite l’at­tente

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.