7. Mieux vaut pré­ve­nir que gué­rir

Connaissance de la Chasse - - Chiens -

Votre auxi­liaire va évo­luer dans un mi­lieu sau­vage, et va de fait se trou­ver en pré­sence de nom­breux aca­riens, bac­té­ries et vi­rus qui sont au­tant de dan­gers po­ten­tiels. Il est donc im­pé­ra­tif que son car­net de vac­ci­na­tion soit à jour. Sans doute est-il même ju­di­cieux d’an­ti­ci­per les rap­pels, et de réa­li­ser les in­jec­tions 2 à 3 se­maines avant l’ou­ver­ture. De la sorte, votre chien pro­fi­te­ra de fa­çon op­ti­male d’un arc de dé­fense bio­lo­gique du­rant la sai­son. Ce­ci est d’au­tant plus vrai pour des vac­cins de type in­ac­ti­vé, tels ceux contre la lep­to­spi­rose et la pi­ro­plas­mose, dont l’ef­fi­cience n’est ja­mais ga­ran­tie à 100 %. Ces rap­pels se­ront par ailleurs l’oc­ca­sion, pour le pra­ti­cien, de faire un bi­lan ra­pide de l’état gé­né­ral avant le dé­but de la sai­son cy­né­gé­tique. La même re­marque s’im­pose con­cer­nant le ver­mi­fuge qui de­vra être re­nou­ve­lé peu de temps avant le jour J. Vous de­vrez enfin pen­ser à pro­té­ger votre com­pa­gnon contre les pa­ra­sites ex­ternes, puces, tiques, phlé­bo­tomes, ou en­core poux pour ne ci­ter que ceux-ci. Tout un ar­se­nal, col­lier im­pré­gné, pi­pettes, spray, existe pour lut­ter contre ces aca­riens qui peuvent être vec­teurs de ma­la­dies dan­ge­reuses comme la pi­ro­plas­mose, l’ehr­li­chiose ou la leish­ma­niose. De retour à la mai­son, ins­pec­tez de fa­çon mé­ti­cu­leuse votre chien afin de le dé­bar­ras­ser d’éven­tuelles tiques et autres corps étran­gers (épines, épillets, graines de culture…). N’hé­si­tez pas à re­nou­ve­ler le trai­te­ment de fond contre les pa­ra­sites si be­soin est.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.