Trop ? Tout est re­la­tif

Connaissance de la Chasse - - Édito - Fran­çois-Xa­vier Al­lon­neau fx.al­lon­neau@edi­tions-la­ri­viere.fr

Qu’au­rez-vous vu, qu’au­rez-vous en­ten­du ? De quelle ma­nière se se­ra dé­rou­lé le brame 2015 sur vos ter­ri­toires pré­fé­rés ? À dire vrai, les pre­miers échos nous laissent croire que ce mil­lé­sime ne se­ra pas in­ou­bliable. Fortes cha­leurs ma­ti­nales et glan­dée in­ouïe n’au­raient pas in­ci­té les ani­maux à s’ac­ti­ver au grand jour. Tel cou­reur de bois s’in­ter­roge : où sont les ge­lées blanches et les brouillards des brames d’an­tan ? Peut-être ce rut dis­cret est-il éga­le­ment le signe de la baisse amor­cée de cer­taines po­pu­la­tions, du manque de biches no­tam­ment. Les pre­mières bat­tues nous en di­ront da­van­tage. Pas­sons au mo­dèle « in­fé­rieur » et re­mon­tons au fil de la sai­son, évo­quons le cas du che­vreuil. Tel agri­cul­teur-chas­seur par­tage spon­ta­né­ment son ob­ser­va­tion : les faons ont pa­ru bien pe­tits cet été, et rares furent les por­tées de deux jeunes. Évi­dem­ment, nous ne gé­né­ra­li­se­rons pas, tou­te­fois ce constat fait écho aux consé­quences du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique sur la re­pro­duc­tion du pe­tit cer­vi­dé. [lire page 138]

Où en sommes-nous des dis­cus­sions sur les lo­ca­tions des lots de chasse en fo­rêt do­ma­niale ? Fin sep­tembre, seul un tiers des re­cettes était ren­tré dans les caisses de l’Onf. Au­tant dire que la mise en place du contrat de gré à gré par l’éta­blis­se­ment pu­blic n’a pas sa­tis­fait les chas­seurs. Il est vrai que l’ad­mi­nis­tra­tion en­tend leur louer des ter­ri­toires aux mêmes prix voire plus cher alors que les po­pu­la­tions de grand gi­bier sont dé­jà à la baisse ou condam­nées à l’être. Ajou­tez à ce­la une mul­ti­tude de contraintes tech­niques et autres pé­na­li­tés pour le lo­ca­taire. Le 23 sep­tembre der­nier, suite à une réu­nion du groupe de tra­vail na­tio­nal re­grou­pant Onf et struc­tures re­pré­sen­ta­tives cy­né­gé­tiques, l’éta­blis­se­ment a pris en consi­dé­ra­tion les de­mandes des chas­seurs. Dans la fou­lée, le même Onf adres­sa un cour­rier à ses di­rec­teurs d’agences afin de leur de­man­der da­van­tage de sou­plesse et de com­pré­hen­sion vis-à-vis de leurs clients, c’est-à-dire les 100000 chas­seurs opé­rant en fo­rêt do­ma­niale. Comme quoi, les ef­forts dé­ployés par l’As­so­cia­tion na­tio­nale des chas­seurs de grand gi­bier, par­ti­cu­liè­re­ment son pré­sident Gé­rard Bé­da­ri­da (lire le dos­sier du n° 474 d’oc­tobre 2015), n’au­ront pas été vains. Ef­forts démultipliés grâce à l’in­tel­li­gente co­opé­ra­tion, sur ce dos­sier, entre l’Ancgg et la Fnc, no­tam­ment les pré­si­dents char­gés du dos­sier, Alain Bel­loye (Fdc Indre-et-Loire et com­mis­sion Fnc grand gi­bier et dé­gâts), Ch­ris­tian La­ga­lice (Fdc Ju­ra et As­so­cia­tion des Fdc à Acca) et Mi­chel Tho­mas (Fdc Meuse), ain­si que l’expert mai­son Be­noît Gui­bert. Hé­las, les mon­tants des lo­ca­tions de­vraient peu bais­ser. L’Onf ex­plique que le Gou­ver­ne­ment ac­tuel lui a fixé des ob­jec­tifs fi­nan­ciers stricts, lui in­ti­mant de faire ren­trer le même ni­veau de re­cettes cy­né­gé­tiques que lors des der­nières ad­ju­di­ca­tions. Osé étant don­né la crise éco­no­mique et l’état des lots do­ma­niaux. Ex­cep­tés les pro­blèmes hu­mains de­meu­rant ici ou là, la ques­tion des lo­ca­tions de lots de chasse de gré à gré en fo­rêt do­ma­niale est do­ré­na­vant es­sen­tiel­le­ment fi­nan­cière. Le chas­seur ac­cep­te­ra-t-il de payer X eu­ros pour X ani­maux ? Jus­qu’au 31 oc­tobre 2015, les dis­cus­sions vont se pour­suivre. En­suite ? En­suite le prin­cipe tra­di­tion­nel des ad­ju­di­ca­tions s’ap­pli­que­ra de nou­veau. Comme avant. Quid des folles en­chères ? Nul ne sait ce que cache le por­te­feuille du chas­seur.

Trop de loups ? Beau­coup, c’est sûr. Au­jourd’hui, of­fi­ciel­le­ment on comp­te­rait 280 à 300 loups. D’autres sources ajoutent vo­lon­tiers une à deux cen­taines sup­plé­men­taires. Une chose est sûre : le ca­ni­dé s’est af­fran­chi des Alpes, a tra­ver­sé le Rhône et sur­mon­té chaque obs­tacle sur son che­min de re­con­quête. En un peu plus de vingt ans, il a co­lo­ni­sé le tiers du pays. Le voi­là do­ré­na­vant en plaine, à 150 km de Pa­ris. Rap­pe­lons que le 31 jan­vier 2014, un ani­mal fut tué par balle sur la com­mune de Coole (Marne). De­main, il se­ra for­cé­ment aux portes de chez nous. Ce­la fe­ra un grand gi­bier de plus ! [page 128]

Trop de Fdc ? Pas en­core, mais ce­la pro­gresse. Di­manche 18 oc­tobre, 51 Fdc au­ront ani­mé l’opé­ra­tion « Un Di­manche à la chasse ». Ini­tiée en 2012 par la Fdc du Doubs, cette jour­née portes ou­vertes s’adresse aux non-chas­seurs. Sans hé­si­ter, re­layons la belle idée (http://un­di­man­chea­la­chasse.com/).

L’en­semble de l’équipe de Connais­sance de la Chasse vous sou­haite une bonne Saint Hubert. Bonne lec­ture à toutes et à tous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.