À NOTRE AVIS

Connaissance de la Chasse - - Guide D’achat -

• Ca­ra­bine très bien pen­sée • Grand choix de ca­libres • Mo­du­la­ri­té ex­cep­tion­nelle • Fonc­tion­ne­ment ir­ré­pro­chable • Pré­ci­sion, ré­glage des dé­parts

• Prix jus­ti­fié mais éle­vé • Pas d’ali­men­ta­tion contrô­lée • Un mon­tage op­tique de plus

La Sauer 404 est une arme mo­derne mais réa­li­sée à l’an­cienne et bour­rée de qua­li­tés. L’idée d’avoir entre les mains une belle et bonne ca­ra­bine se fait jour dès que l’on s’en em­pare. Elle est belle, sur­tout dans la ver­sion Ele­gance à 4810 eu­ros. La 404 est mo­du­laire : ca­non in­ter­chan­geable, crosse dé­po­sable, quatre poids de dé­parts pré­ré­glés, dé­tente re­po­si­tion­nable et tête de cu­lasse dé­mon­table sans ou­til. Es­thé­ti­que­ment, cette arme est belle, clas­sique et res­semble d’un peu trop près en ef­fet à la Sauer 202. On re­trouve no­tam­ment la crosse en deux par­ties dis­tinctes et dé­mon­tables sé­pa­rées par un pont d’acier ca­ché sous le le­vier d’ar­me­ment. La crosse et no­tam­ment son busc qui re­monte à me­sure que l’on se rap­proche de la joue du ti­reur est un em­prunt très net à la Sauer 101. La poi­gnée pis­to­let est as­sez clas­sique, tout comme le de­vant rond ter­mi­né par une tu­lipe noire. Le pontet rond et large laisse un ac­cès fa­cile à la dé­tente di­recte. En ar­rière de la cu­lasse mo­bile, sur la noix, se trouve un ar­meur de sé­cu­ri­té. Lorsque l’ar­meur n’est pas en­clen­ché, le coup ne peut pas par­tir mais aus­si la cu­lasse est blo­quée. La clé de voûte de cette ca­ra­bine c’est… sa gre­na­dière amo­vible avant, celle du de­vant bois ! Cette gre­na­dière avant est l’ou­til de dé­mon­tage uni­ver­sel de cette arme en­tiè­re­ment mo­du­laire une fois la cu­lasse cy­lin­drique et bou­chon­née dé­po­sée. Cette der­nière se ter­mine par trois ran­gées de deux te­nons dis­po­sés en tri­angle. Le te­non de droite abrite une toute pe­tite griffe d’ex­trac­teur. Deux éjec­teurs pis­ton prennent place dans la tête de cu­lasse, là en­core un em­prunt à la Sauer 101. La tête de cu­lasse se dé­pose sans ou­til per­pen­di­cu­lai­re­ment au corps bou­chon­né. Il faut tou­te­fois au préa­lable avoir désen­clen­ché l’ar­meur, pour dé­ban­der le res­sort de per­cu­teur. À l’aide de la clé de gre­na­dière, vous al­lez dé­po­ser le de­vant bois. Un puits ac­cueille la clé sous le bois, et un quart de tour dans le sens contraire des ai­guilles d’une montre suf­fit. Vous ac­cé­dez alors au ré­glage à quatre poids de dé­parts, nu­mé­ro­tés I, II, III et IV qui cor­res­pondent res­pec­ti­ve­ment à quatre poids pré­éta­blis, 550, 750, 1000 et 1250 g. Cô­té droit du boî­tier, vous ac­cé­dez aux trois vis al­len et au bras de le­vier qui per­mettent de dé­po­ser le ca­non et de chan­ger de ca­libre. Dé­mon­tée, l’arme ne dé­passe pas 75 cm. Der­nière in­no­va­tion, pas jus­ti­fiée, Sauer a usi­né dans la masse, sur le som­met du boî­tier, un mon­tage spé­ci­fique. Certes in­tel­li­gent et très bas, il vient néan­moins re­joindre la co­horte de nou­veaux dis­po­si­tifs dif­fé­rents et non in­ter­chan­geables créés ces der­nières an­nées. L’arme est belle et très confor­table, lo­gique, elle pèse tout de même 3,8 kg. Voi­là long­temps qu’une ca­ra­bine ne nous avait au­tant sé­duits.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.