Quand le poids en im­pose

Connaissance de la Chasse - - Coup De Chaleur -

Le fac­teur poids chez le che­vreuil – qui de­vrait d’ailleurs plus se dé­fi­nir comme la « cor­pu­lence » – ré­vèle bien sou­vent un ex­cellent état de san­té chez l’es­pèce, in­ca­pable d’em­ma­ga­si­ner des ré­serves. « La fé­con­di­té de la che­vrette est liée à son poids. On es­time qu’une che­vrette dont le poids est in­fé­rieur à 20 kg n’au­ra pas de mise bas. Entre 20 et 22 kg, elle don­ne­ra gé­né­ra­le­ment nais­sance à un faon. Entre 22 et 24 kg, deux faons et au-de­là de 25 kg, trois faons (5 % des che­vrettes). Si en France, le phé­no­mène n’a ja­mais été ob­ser­vé, en Scan­di­na­vie, on a dé­jà pu ob­ser­ver des che­vrettes ac­com­pa­gnées de quatre faons. Ce lien est d’au­tant plus im­por­tant que les études me­nées dé­montrent que le poids d’une che­vrette est ré­ité­rable dans le temps. Un su­jet au­ra ten­dance à main­te­nir son poids d’une an­née sur l’autre quel que soit l’état de l’en­vi­ron­ne­ment. En­fin, si l’on re­tient que l’es­pèce pré­sente une es­pé­rance de vie plus longue qu’on ne le pense, la ré­serve des Trois Fon­taines a va­li­dé l’ob­ser­va­tion du plus vieux che­vreuil au monde : 18 ans pour un bro­card.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.