Le Grand Ve­neur de Na­po­léon Ier à Charles X

Connaissance de la Chasse - - Livres -

Gare à l’er­reur, il n’est pas ques­tion ici uni­que­ment de vé­ne­rie, de chasse à courre, mais bel et bien de chasse en gé­né­ral, dont la chasse à tir. Ja­dis, le terme vé­ne­rie fut sy­no­nyme de chasse. La Vé­ne­rie ras­sem­blait l’en­semble des équi­pages de chasse du roi : chasse aux Vé­ne­ries, im­pé­riales et royales. Celles de toiles, fau­con­ne­rie, chasse aux lé­vriers, mâ­tins Na­po­léon Ier, de Louis XVIII et de Charles X, et chiens cou­rants, chasse à tir (ar­ba­lète, arc, avant-der­nier sou­ve­rain chas­seur. Na­po­léon III ar­que­buse, fu­sil). Le Grand Ve­neur était bel clô­tu­rant la liste en 1870. Tou­te­fois, c’est en et bien le maître de toutes les chasses, 1831, que la Vé­ne­rie royale fut dé­fi­ni­ti­ve­ment au ser­vice du roi. Puis de l’em­pe­reur. dis­soute. Chas­ser sur ses terres, celles de la Cou­ronne, Parce que c’est lui, parce qu’il a abon­dam­ment c’est af­fir­mer le pou­voir royal, faire chas­sé, Na­po­léon Ier ins­pire la ma­jeure par­tie dé­mons­tra­tion de puis­sance, tant de force que de cette somme. M. Vial a re­cons­ti­tué jus­qu’à de raf­fi­ne­ment. Les rois nous y avaient ha­bi­tués. ses ca­len­driers cy­né­gé­tiques, énu­mé­rant une Si­tôt la Ré­vo­lu­tion ache­vée, le jeune consul mul­ti­tude de sor­ties, leurs date et lieu. De cette corse s’em­presse de re­mon­ter ces équi­pages. quête, l’au­teur ras­semble 370 sor­ties de chasse Le fu­tur em­pe­reur a com­pris l’im­por­tance en dix an­nées de guerre et de ré­or­ga­ni­sa­tion sym­bo­lique, po­li­tique et di­plo­ma­tique du vieux royaume. Un for­mi­dable rythme de la chasse de cour. cy­né­gé­tique ! Bien que né non-chas­seur, Bo­na­parte puis Homme pres­sé, ca­va­lier per­fec­tible, ti­reur Na­po­léon ne ces­se­ra de s’adon­ner au courre myope, tueur de chiens dit-on, dan­ge­reux comme au tir. Ce gros tra­vailleur en­tend chas­ser pour Mas­sé­na, Na­po­léon ne ri­va­lise pas ef­fi­ca­ce­ment, vite, as­so­cier à ses sor­ties les avec Nem­rod, pas plus avec Saint Hu­bert. princes eu­ro­péens, da­van­tage en­core que la Les Bour­bons furent-ils eux-mêmes tous no­blesse an­cienne ou d’em­pire. La chasse est de grands chas­seurs ? Na­po­léon n’est pas un éga­le­ment ma­nière d’en­tre­te­nir le mythe du cy­né­gète en­dia­blé, mais il est réel­le­ment as­si­du. chef, de ren­for­cer l’au­to­ri­té du jeune em­pire. La chasse, la na­ture lui sont in­dis­pen­sables. Pour­tant, la sta­tue de l’em­pe­reur fe­ra Voi­là une ré­vé­la­tion. Dé­chu, l’an­cien mo­narque long­temps de l’ombre au chas­seur. or­ga­nise quelques chasses à tir du la­pin Par ailleurs, les roya­listes lui re­fusent la qua­li­té. à l’île d’Elbe, de la per­drix à Sainte-Hé­lène. Il fau­dra dix an­nées de re­cherches scru­pu­leuses Cet ou­vrage, ac­com­pa­gné d’il­lus­tra­tions, à Charles-Eloi Vial afin de pou­voir ras­sem­bler s’im­pose dé­sor­mais comme une ré­fé­rence l’en­semble des té­moi­gnages épars d’un sur un homme, une époque, une pra­tique. Na­po­léon chas­seur. D’où cette thèse d’une Une contri­bu­tion es­sen­tielle qui im­pose ri­chesse in­ouïe, consa­crées aux der­nières le res­pect et l’in­té­rêt. 824 pages, 34,50€, édi­tion de l’Ecole des chartes, col­lec­tion « Mé­moires et do­cu­ments de l’Ecole des chartes », n° 102, en vente en ligne sur : lcd­pu.fr et à la li­brai­rie de Mont­bel. Rens. : 01 53 48 56 30 et cid@msh-pa­ris.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.