Où chas­ser en Bre­tagne ?

Connaissance de la Chasse - - On En Parle -

ou en­core pour pou­voir pro­po­ser une forme d’ac­cueil par­ti­cu­lière aux chas­seurs, l’Onf a sou­hai­té conser­ver lui- même la maî­trise de la chasse sur cer­tains ter­ri­toires do­ma­niaux, en pro­po­sant des li­cences de chasse. C’est sur ces der­nières que l’Onf a lan­cé une ré­or­ga­ni­sa­tion.

Des ter­ri­toires re­nom­més

Con­trai­re­ment aux baux plu­ri - an­nuels, la li­cence de chasse confère au chas­seur la pos­si­bi­li­té de pra­ti­quer sa pas­sion sur une du­rée plus res­treinte (de 1 jour à 1 an­née L’Onf ex­ploite la chasse en fo­rêt do­ma­niale dans le cadre de baux (plu­ri­an­nuels) d’une du­rée de 12 ans. En mé­tro­pole, 1,75 mil­lion d’hec­tares de fo­rêts do­ma­niales sont concer­nés par la chasse, soit 11 % de la fo­rêt fran­çaise mé­tro­po­li­taine. De­puis 2015, le mode de contrac­tua­li­sa­tion des baux est le plus sou­vent la lo­ca­tion de gré à gré avec le lo­ca­taire sor­tant. Pour les lots res­tant dis­po­nibles, les baux sont conclus en prin­cipe après ad­ju­di­ca­tions pu­bliques, même si des lo­ca­tions amiables sont pos­sibles dans cer­tains cas. Les chas­seurs qui louent la chasse dans les fo­rêts do­ma­niales sont en charge de la mise en oeuvre des plans de chasse dont les mo­da­li­tés sont fixées par l’Onf, ain­si que les at­tri­bu­tions. Ain­si, les 3 150 lots do­ma­niaux loués à la chasse ont gé­né­ré 41 mil­lions d’eu­ros de re­cettes an­nuelles brutes. Ce ni­veau de recette est en baisse par rap­port à ce­lui des mêmes baux pour l’an­née 2015 (-4,3%). À no­ter que par rap­port à la pré­cé­dente lo­ca­tion gé­né­ra­li­sée des baux en 2004, le ta­bleau de chasse en fo­rêt do­ma­niale 2014-2015 est cons­tant en ce qui concerne le che­vreuil et le san­glier, et en pro­gres­sion de 25 % en ce qui concerne le cerf.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.