1,5 mil­lion d’oi­seaux blo­qués

Connaissance de la Chasse - - Le point sur -

Ces cas n’ont pas seule­ment tou­ché la fi­lière « gras », mais éga­le­ment la fi­lière « gi­bier ». Ain­si, 5 struc­tures si­tuées dans le Nord et en So­logne sont concer­nées. Dont deux éle­vages dé­tec­tés po­si­tifs fin mars 2017. Se­lon l’Ins­ti­tut Pas­teur, la grippe aviaire hu­maine (re­pé­rée en 1997 en Asie) est une in­fec­tion pro­vo­quée par des vi­rus grip­paux de sous-type H5, H7. Cette pa­tho­lo­gie est le plus sou­vent asymp­to­ma­tique chez les oi­seaux sau­vages, mais cer­taines souches peuvent de­ve­nir for­te­ment conta­gieuses et en­traî­ner une mor­ta­li­té ex­trê­me­ment éle­vée dans les éle­vages de vo­lailles, et oc­ca­sion­ner de la mor­ta­li­té chez les oi­seaux sau­vages d’où son nom de « peste aviaire ». « Ré­gle­men­tai­re­ment, l’État a blo­qué 1,5 mil­lion de gi­biers à plume des­ti­nés à la chasse » , ex­plique Éric Poul­lain, pré­sident du Syn­di­cat na­tio­nal des pro­duc­teurs de gi­bier de chasse ( Snpgc). Les souches du vi­rus sont va­riables : N1, N2, N8 et plus ou moins pa­tho­gènes, mais l’Anses (Agence na­tio­nale de sé­cu­ri­té sa­ni­taire de l’ali­men­ta­tion, de l’en­vi­ron­ne­ment et du tra­vail) au­rait dé­mon­tré la pos­si­bi­li­té d’une mu­ta­tion. Dès lors, quelle que soit la souche, l’éle­vage concer­né est dé­truit. Dans ce contexte, les éle­vages de ca­nards col­verts sont en­core plus ex­po­sés que les autres. Cette es­pèce, tels les autres ca­nards, étant ju­gée comme pou­vant être por­teuse saine, et donc ex­cré­ter la ma­la­die sans en mon­trer les symp­tômes. Dès lors, les éle­vages mixtes (col­vert et fai­san) font l’ob­jet des mêmes at­ten­tions de la part des pou­voirs pu­blics. Ceux qui ont la chance de ne pas être in­fec­tés par ce vi­rus se doivent d’ap­pli­quer de nou­velles règles de bio­sé­cu­ri­té, des­ti­nées à li­mi­ter la pos­si­bi­li­té de conta­mi­na­tion. Les

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.