Pié­ger chez moi, dans la loi

Connaissance de la Chasse - - Le Courrier Des Lecteurs -

Fi­dèle lec­teur de votre re­vue, je vou­drais sa­voir quelle est la ré­gle­men­ta­tion en vi­gueur pour pou­voir pié­ger sur ses propres terres ? »

Le droit des par­ti­cu­liers pré­voit que tout pro­prié­taire, pos­ses­seur ou fer­mier peut, en tout temps, dé­truire sur les terres dont il a la garde les es­pèces d’ani­maux nui­sibles sous cer­taines condi­tions. Il re­vient au pié­geur de consul­ter at­ten­ti­ve­ment l’ar­rê­té pré­fec­to­ral dé­fi­nis­sant les es­pèces nui­sibles, car le clas­se­ment de l’une d’entre elles peut concer­ner soit l’en­semble du dé­par­te­ment, soit cer­tains can­tons ou com­munes. De la même fa­çon, il doit se ré­fé­rer à l’ar­rê­té du 29/01/2007, ar­ticle 2, dé­fi­nis­sant les cinq ca­té­go­ries de pièges au­to­ri­sées sur le ter­ri­toire. Toute per­sonne qui uti­lise des pièges doit par ailleurs être agréée par le pré­fet du dé­par­te­ment où elle est do­mi­ci­liée, après avoir sui­vi une for­ma­tion obli­ga­toire. Tou­te­fois, par ex­cep­tion, ne né­ces­sitent pas d’agré­ment, la cap­ture des ra­gon­dins et des rats mus­qués au moyen de boîtes ou de pièges, celle des cor­vi­dés au moyen de cages dans le cadre d’opé­ra­tions de luttes col­lec­tives or­ga­ni­sées par les grou­pe­ments de dé­fense contre les or­ga­nismes nui­sibles, et le pié­geage réa­li­sé à l’in­té­rieur des bâ­ti­ments et en­clos. En­fin, la pose des pièges doit être dé­cla­rée en mai­rie, y com­pris pour les opé­ra­tions de cap­ture du ra­gon­din et du rat mus­qué, ex­cep­tion faite du pié­geage en bâ­ti­ment et en­clos.

Nous avons en ef­fet à faire à un spé­ci­men d’Ama­zo­net­ta bra­si­lien­sis, plus connu sous le nom de ca­nard ama­zo­nette ou sar­celle du Bré­sil. En vol,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.