Les chas­seurs, pre­miers eco­lo­gists de France?

Connaissance de la Chasse - - Éditorial - Fran­çois-Xavier Al­lon­neau fx.al­lon­neau@edi­tions-la­ri­viere.com

Nous nous en sou­vien­drons de l’été 2018. La coupe du monde de foot­ball, l’af­faire Be­nal­la, les larmes de Hu­lot, la valse-hé­si­ta­tion du pré­lè­ve­ment à la source. Il faut que nous me­su­rions la por­tée d’un autre évè­ne­ment es­ti­val, le­quel va condi­tion­ner l’exer­cice et la pé­ren­ni­té de notre art : la mise en place de la ré­forme de la chasse. Vou­lue et me­née par Willy Schraen, le pré­sident de la Fnc, sou­te­nue par la qua­si-una­ni­mi­té des pré­si­dents de Fdc, cette ré­forme bé­né­fi­cie de la va­li­da­tion du pré­sident de la Ré­pu­blique, de la bé­né­dic­tion du pré­sident du Sé­nat. L’ali­gne­ment des pla­nètes est idéal. Jus­qu’à quand ?

Pour des rai­sons élec­to­rales et/ou par pure ré­flexion, cer­tains po­li­tiques réa­lisent, en­fin, que l’on ne peut je­ter in­dé­fi­ni­ment l’ana­thème sur telle com­mu­nau­té, ni pro­pa­ger la haine sur les ré­seaux dits so­ciaux et sur le ter­rain, s’aban­don­nant à une sorte de ra­cisme so­cié­tal. Alors que la « di­ver­si­té » se hisse qua­si­ment au ni­veau du trip­tyque ré­pu­bli­cain, Li­ber­té, Éga­li­té, Fra­ter­ni­té, pa­ra­doxa­le­ment ce qui est dif­fé­rent – ici le chas­seur et le ru­ral – est mé­pri­sé, in­sul­té. Heu­reu­se­ment, il est des po­li­tiques qui ac­ceptent de re­con­naître pu­bli­que­ment l’ac­tion des chas­seurs, de les en­cou­ra­ger. De les res­pon­sa­bi­li­ser.

Dans ce nu­mé­ro, Willy Schraen dé­voile la ré­forme de la chasse. [lire page 26] Et d’in­sis­ter sur le fait que les chan­ge­ments an­non­cés en ap­pel­le­ront d’autres. À nous de nous mon­trer dignes de ces am­bi­tions et de ce pa­ri sur l’ave­nir. Dignes c’est-à-dire pra­ti­quer la chasse avec res­pon­sa­bi­li­té et éthique, s’en­ga­ger plus en­core dans la ges­tion du gi­bier, et dans la conser­va­tion de la na­ture dite ba­nale. Il se­rait stu­pide, sui­ci­daire même, de ne pas se mon­trer à la hau­teur des en­jeux. À pro­pos de la ges­tion du gi­bier. Alors que nous écri­vons ces lignes, le 6 sep­tembre, un Co­mi­té de lutte contre les dé­gâts de gi­bier est mis en place par le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture et de l’Alimentation, et ce­lui de la Tran­si­tion éco­lo­gique et so­li­daire. M. Le­cor­nu, se­cré­taire d’État de ce der­nier mi­nis­tère, est am­bi­tieux : « Nous nous fixons au­jourd’hui l’ob­jec­tif de ré­duc­tion de moi­tié des dé­gâts d’ici 3 ans. » Par­mi les moyens : da­van­tage de com­pé­tences don­nées aux Fdc en ma­tière de ges­tion des plans de chasse. Et la sup­pres­sion du fonds de pé­réqua­tion na­tio­nale, fonds dans le­quel pui­saient les Fdc afin de ver­ser les in­dem­ni­sa­tions des dé­gâts agri­coles. Fonds qui pré­sen­tait l’in­con­vé­nient de di­luer les res­pon­sa­bi­li­tés fé­dé­rales.

Le saviez-vous ? Ni­co­las Hu­lot a tro­qué son poste de mi­nistre contre un nou­vel em­ploi : im­pré­sa­rio de Thier­ry Coste. Grâce à la mise en cause pu­blique dont il a fait l’ob­jet – triste pré­texte de l’an­cien mi­nistre d’État –, non seule­ment M. Coste est ci­té aux Grosses Têtes – sacre po­pu­laire – mais il voit sa cote pro­fes­sion­nelle faire un bond in­ouï. Mer­ci qui ?

À pro­pos d’éco­lo­gie. La Fnc a lan­cé une am­bi­tieuse et in­édite cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion qui se pro­lon­ge­ra jus­qu’à fin sep­tembre. Des af­fiches à Pa­ris, Lyon, Bor­deaux, Lille, Mar­seille et Tou­louse. Des émis­sions et des spots pu­bli­ci­taires ra­dio, des films sur les ré­seaux so­ciaux. Le chas­seur as­sume et re­ven­dique en­fin son autre na­ture : le na­tu­ra­liste. L’éco­lo­giste. Bon dé­but de sai­son. Et bonne lec­ture à toutes et à tous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.