Nou­veau dé­part

Pen­dant trois ans, ils sont en­semble, genre on ver­ra bien. Rup­ture puis re­trou­vailles, et dé­sor­mais, elle pour­rait être la mère de ses en­fants.

Cosmopolitan (France) - - La Une - Par Alice Pas­cal. Pho­to Sté­pha­nie La­combe.

Où, quand, comment ? Anne-Char­lotte : Été 2010. Comme chaque sa­me­di Alexis : Anne-Char­lotte arrive avec un gar­çon que je après-mi­di, on se re­trouve entre co­pains au ca­fé. J’ai connais un peu. Elle est su­blime, mais elle est avec ce 21 ans, mes pa­rents viennent de se sé­pa­rer, je com­mence type. J’ou­blie. Quelques heures plus tard, je la une école de com­merce à Caen en sep­tembre. Là, j’ai re­trouve… as­sise sur le ca­na­pé de mon meilleur ami. en­vie de m’amu­ser. Je suis avec Stan, qui me drague pas Moi, en mode ré­glo : elle est avec quel­qu’un. Qui arrive mal. Alexis est là, je ne le re­marque pas. à ce mo­ment-là, et on part tous en boîte.

Pre­mier bai­ser ? En boîte, je dis à quel­qu’un en re­gar­dant Alexis : « Si je Anne-Char­lotte m’en­traîne sur la piste, et sou­dain, elle n’étais pas avec Stan, je lui sau­te­rais des­sus. » Et pen­dant m’em­brasse. At­tends, ton mec est là ! Même s’il ne nous qu’on danse, c’est ce que je fais : je l’em­brasse. a pas vus, moi c’est pas mon genre.

Et après ? Je suis amou­reuse. Je passe deux ans à Caen où j’étu­die. Ça Pen­dant deux ans, tout baigne. Elle à Caen, ça me per­met nous per­met d’échap­per à la vie de couple. Mais quand on de ne pas me sen­tir ca­sé. Mais à New York, sans fa­mille, part à New York en qua­trième an­née, ça nous tombe sans les potes, un es­pace ré­duit… on ex­plose. Elle rentre. des­sus : la rou­tine. On étouffe. En juin, on rompt. Puis on Je pars en road trip trois mois. De re­tour à Pa­ris, je m’aperse re­trouve en sep­tembre, mais notre his­toire ca­po­te­ra à çois qu’elle me manque. On se re­met en­semble. Cette fois, nou­veau si on la re­prend là où on l’a lais­sée. on est plus sûrs de nous. Nos rêves sont des pro­jets.

Plus beau sou­ve­nir ? Un voyage à Mia­mi. Il n’y avait plus que lui qui compQuinze jours après notre ren­contre, je l’ai em­me­née tait. Match de foot, vi­site des Ever­glades, ba­lades à dans la mai­son de cam­pagne de mes pa­rents. C’est la vé­lo… C’était le rêve. pre­mière fille que je leur pré­sen­tais.

Sa plus belle qua­li­té ? Il veut tou­jours me faire plai­sir en pre­mier. Et je peux Elle a une très grande sen­si­bi­li­té. Une belle dou­ceur qui tout lui dire, au­tant mes an­goisses que mes joies. la rend par­fois vul­né­rable, mais j’adore.

Pe­tit dé­faut ? Il se re­pose sur moi. C’est moi qui lui ai ré­di­gé son cur­Son ca­rac­tère bien trem­pé qui joue avec ma pa­tience ! ri­cu­lum vi­tae. Sous pré­texte que je suis plus forte que lui Un rien, sur­tout le ma­tin, peut la trans­for­mer en pe­tite pour la pa­pe­rasse. boule de nerfs.

Des pro­jets ? On est la gé­né­ra­tion qui ne sait pas de quoi de­main se­ra Pour le mo­ment, notre prio­ri­té c’est : quel bou­lot de­main ? fait. On fait des pro­jets, qui dé­marrent tous par « Si… ». Car­ré­ment an­xio­gène cette ques­tion… Mais l’amour, Je vou­drais tel­le­ment croire en nous deux. c’est quand même ce qui peut nous ar­ri­ver de mieux.

l

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.