Ma co­pine vire bio

Pour notre bien, elle a dé­ci­dé : « C’est to­fu à tous les re­pas… » Tant mieux, ou sans moi ?

Cosmopolitan (France) - - La Une - Par An­na­belle Ru­chat et Mé­la­nie Guez. Pho­to Kai Wiech­mann.

Moi aus­si j’y crois au pro­duc­teur hon­nête, mais si le champ d’à cô­té re­gorge d’in­sec­ti­cides, qu’on ne me dise pas que le sien n’est pas conta­mi­né. Alors j’ap­plau­dis l’ef­fort, mais je n’y crois pas, au pro­duit 100 % bio. Lo­la a la sen­sa­tion de prendre la bonne dé­ci­sion, mais sur­tout, elle prend ça comme un jeu, rien n’est ja­mais grave. Et tant mieux, j’aime pas les prises de tête. Yvan, 24 ans Ça risque pas de lui ar­ri­ver ! Elle man­ge­rait des tar­tares de boeuf tous les jours si elle pou­vait… Paul, 29 ans Je dé­vore fa­ci­le­ment six tranches de blanc de pou­let après le sport. Mais ce jour-là, Va­nes­sa dé­barque chez moi af­fo­lée. « Tu sais ce qu’il y a dans ton jam­bon ? De l’éry­thor­bate de so­dium, du si­rop de glu­cose et du ni­trate. » Elle l’a lu sur le net et aus­si « comment on in­jecte de l’eau dans le jam­bon pour qu’il gonfle et pèse plus lourd, et ces pro­duits chi­miques qui sont là pour que l’eau reste dans le jam­bon ! » Je suis bien content que ma co­pine m’ait dit ça, mais main­te­nant, je mange quoi après le sport ? Ber­trand, 28 ans Je suis un grand fan de Marion Co­tillard. Mais quand j’ima­gine son quo­ti­dien de star : pous­ser son cha­riot chez Or­gas­mic Bud­dha, man­ger des graines de chia, se ré­ga­ler de pâ­tés four­rés aux algues… je suis bien content de ne pas être Guillaume Ca­net ! Marco, 32 ans Amé­lie est bio, de plus en plus. « Tu ne te rends pas compte ! », me dit-elle. Qu’est-ce qu’elle croit, on a gran­di avec la fin du monde ! On est nés avec la couche d’ozone et les sacs en plas­tique dans l’océan qui tuent les tor- tues, sans par­ler du dé­sert qui avance. Mais c’est nor­mal aus­si de prendre l’avion pour al­ler en va­cances et la voi­ture pour al­ler à la cam­pagne. Alors, on fi­nit par tom­ber d’ac­cord : on est mal barrés. Ti­tou, 29 ans Pour la bouffe, ça ne me gêne pas, même si le sau­mon sau­vage bio est vrai­ment cher. Où ça se corse, c’est quand elle veut me prou­ver à quel point on est en dan­ger dans la mai­son. Très sûre d’elle, elle dé­pose son por­table dans le mi­cro- ondes et me de­mande de l’ap­pe­ler. Quand la son­ne­rie re­ten­tit, elle triomphe : « Tu vois, un four ne de­vrait pas lais­ser pas­ser les ondes ! On ne de­vrait rien en­tendre ! » De­puis cet épi­sode, je la laisse dans son dé­lire. Je suis gra­phiste free-lance, j’ai be­soin de mon phone. Si elle veut son sau­mon sau­vage bio, elle me laisse tra­vailler. Joa­quim, 28 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.