Mon mec n’est pas ja­loux, ça m’agace !

Cosmopolitan (France) - - La Une -

On peut me dra­guer sous ses yeux, ça ne le fait pas ré­agir. Hé ho, qu’est-ce qu’il lui faut ? Par Jeanne Fer­ney et Ca­thy-Ann Hacks­pill.

On peut me dra­guer sous ses yeux, ça ne le fait pas ré­agir. Hé ho, qu’est-ce qu’il lui faut ?

a

Par Jeanne Fer­ney et Ca­thy-Ann Hacks­pill Pho­to Ge­ri­ni Ales­san­dro

vec Max, on part une se­maine à Is­tan­bul. Plus trouillarde que moi en avion, tu meurs et, pas de bol, nos places sont très éloi­gnées. Mais mon voi­sin est sym­pa. On ba­varde, ça m’aide pour l’at­ter­ris­sage mou­ve­men­té… De re­tour à Pa­ris, mes­sage de lui sur Fa­ce­book. Je ne sais pas comment, mais il m’a re­trou­vée… Il me sort le grand jeu : un in­box où il me pro­pose un stage de pi­lo­tage pour soi­gner ma pho­bie de l’avion. Pas peu fière d’être au centre d’une telle en­tre­prise, je montre le mes­sage à Max : « T’as vu, je lui ai ta­pé dans l’oeil ! » Lui, im­pas­sible : « Ah ouais, c’est mar­rant ! » Pour­quoi ça m’agace : Parce que je suis là comme une ga­mine qui montre ses bonnes notes à ses pa­rents qui

ré­pondent : « Oui, c’est pas mal. » Pour­quoi pas « Peut mieux faire » tant qu’on y est ! J’es­saye de le pro­vo­quer, mais rien n’y fait. Pour­tant, on en a dis­cu­té souvent, des rai­sons d’être ja­loux. Si je veux par­tir un jour, il ne pour­ra rien faire pour me re­te­nir. Fran­ces­ca, 27 ans Un soir, An­toine rentre à la mai­son et me tend une lettre. « Quel­qu’un l’a dé­po­sée sur le pa­lier, je crois que c’est Xa­vier. » Xa­vier, c’est mon ex. Une his­toire archi com­pli­quée, qui s’est ter­mi­née en im­passe. Plus au­cune nou­velle de­puis un an. Ça me fait quelque chose de voir mon pré­nom écrit de sa main. J’ai un peu de mal à ca­cher mon émo­tion, d’au­tant qu’il n’y va pas par quatre che­mins. En gros, c’est une dé­cla­ra­tion d’amour. An­toine est as­sis en face de moi, je lui en lis des bribes. Pour­quoi ça m’agace : À sa place, j’au­rais fait la gueule. Mais lui m’écoute, cal­me­ment, sans po­ser au­cune ques­tion. Par fier­té peu­têtre. Il sait que ce mec a énor­mé­ment comp­té pour moi. Je de­vrais prendre ça comme une belle preuve d’amour, mais c’est dif­fi­cile. Je suis quand même en train de lire la lettre d’un type qui me de­mande en ma­riage, un ge­nou à terre. Je vou­drais tel­le­ment qu’An­toine prenne cette lettre et la dé­chire. Mais il me laisse libre. En fait, j’au­rais vou­lu qu’il soit ja­loux, au moins un peu, ça m’au­rait fait plai­sir. Au lieu de cette grande et belle li­ber­té qu’il me laisse. Ger­trude, 24 ans Phi­lippe et moi, on a une re­la­tion simple et saine. On est en­semble, mais pas col­lés l’un à l’autre. Je pars trois jours avec mon boss à Rome ; on passe des heures front contre front, le nez sur les mêmes dos­siers, mais il pense que c’est gé­nial pour ma car­rière ! Ré­ac­tion im­mé­diate de mes copines : « Ça doit pas être mar­rant, quand même. » Pour­quoi ça m’agace : Parce que dans la tête de mes copines, c’est pas pos­sible, il ne tient pas à moi. Du coup, je fi­nis par dou­ter. Et elles ou­blient le spec­tacle qu’elles m’offrent : « Ah non, je ne vais pas mettre cette jupe si­non Alex va me prendre la tête », « Je ne pour­rai pas sor­tir jeu­di, les filles, ou alors Pa­trick veut bien – on com­prend toutes “m’au­to­rise à” – faire un dî­ner à la mai­son… » Je ne sais pas ce que je pré­fère. En fait, un chouïa de ja­lou­sie et beau­coup de res­pect, ce se­rait le bon do­sage. Zoé, 27 ans Chez Ni­co­las, pas une once d’éner­ve­ment dans le re­gard quand un mec m’aborde. Je vis avec un non-ja­loux, comme on dit un non-violent. Pire, c’est lui qui me donne des conseils sur la ma­nière de gé­rer mon ex plu­tôt en­com­brant. On a rom­pu de­puis plus d’un an, mais il conti­nue de m’ap­pe­ler, veut qu’on se re­voie, veut qu’on parle. Moi, je freine des quatre fers, mais Ni­co­las me dit que je dois l’af­fron­ter. Et, en ce mo­ment, il me pousse même à al­ler ré­cu­pé­rer ma col­lec­tion de « Friends » que j’ai lais­sée chez lui : « C’est à toi ! Tu y vas et tu lui dis que tu la veux. » Pour­quoi ça m’agace : Parce que je peux faire ce que je veux, et même re­tour­ner chez mon ex avec sa bé­né­dic­tion ! Qui sait ce qui peut ar­ri­ver ? Même moi je ne le sais pas. J’au­rais ai­mé que Ni­co­las me l’in­ter­dise, fer­me­ment, pour que je puisse lais­ser tout ça der­rière moi. Lou, 25 ans Quand il boit trop, An­tho­ny, un ami d’en­fance, de­vient très en­tre­pre­nant. Le soir de mon an­ni­ver­saire, il me fait car­ré­ment une dé­cla­ra­tion d’amour sous le nez de Gré­goire… to­ta­le­ment in­dif­fé­rent ! Et quand je lui ra­conte qu’un type dans le bus m’a trou­vé « su­per mi­gnonne », il me re­garde d’un air en­ten­du. Des his­toires ? Il n’en fait ja­mais. Pour­quoi ça m’agace : Parce que moi, je suis du genre à flip­per dès qu’une fille s’ap­proche d’un peu trop près de lui ! Par­fois, j’en viens à pen­ser qu’il s’en fiche com­plè­te­ment. Pour moi, un peu de ja­lou­sie, c’est le signe qu’une re­la­tion va bien. Je trouve ça

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.