Les nuits très hot de Syl­via Day

Elle était par­mi les pre­miers au­teurs au­to-édi­tés sur le Web à connaître en­suite un suc­cès fra­cas­sant, et mon­dial, avec ses ro­mans rouge dé­sir. Le se­cret du suc­cès de Syl­via Day ? Ai­mer ce qu’elle fait. Rrrr.

Cosmopolitan (France) - - Best-seller - Par Sarah Con­nor

quand je me re­lis, di­telle, il m’arrive de me faire rou­gir. » Il n’y a pas qu’à elle que ça fait cet ef­fet : une lec­trice lui a as­su­ré que ses ro­mans avaient dé­clen­ché un ba­by-boom en Aus­tra­lie. Et sû­re­ment pas que là, car Syl­via Day est l’au­teur de 49 livres, tra­duits dans plus de 40 langues, ven­dus à plus de 10 mil­lions d’exem­plaires dans le monde. Ren­due cé­lèbre en France par sa pre­mière tri­lo­gie, « Cross­fire », qui chro­ni­quait les aven­tures brû­lantes de ses hé­ros Eva et Gi­deon, l’im­pé­ra­trice du ro­man qui donne chaud aux joues (mais aus­si de la lit­té­ra­ture ro­man­tique et fan­tas­tique – sa page Wi­ki­pé­dia est im­pres­sion­nante) sort au­jourd’hui en France le pre­mier tome de son autre tri­lo­gie « Geor­gian » , qui ex­plore, avec ses nou­veaux hé­ros le comte Mar­cus de West­field et la­dy Eli­za­beth Haw­thorne, les li­ber­ti­nages du XVIIIe siècle à Londres. « Si vous le de­man­dez » est dé­di­ca­cé à sa mère : « C’est elle qui m’a don­né le goût de l’écri­ture. » Mis­sion ac­com­plie. Interview ex­clu­sive d’une dé­ten­trice du prix Goo­dreads, du prix Ama­zon de la meilleure ro­mance de l’an­née, et de la pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Ro­mance Wri­ters of America : oui, c’est en­core elle. Vous sor­tez ro­man sur ro­man, comment faites-vous? Écrire est à la fois mon mé­tier et un pur plai­sir. Dès que je n’ai pas ab­so­lu­ment autre chose à faire, je me mets à écrire. J’écris dès le ma­tin, je conti­nue dans la jour­née, et je ter­mine mes soi­rées par un peu d’écri­ture avant d’al­ler me cou­cher. Pour qui écri­vez-vous ? Pour tout le monde. J’écris des his­toires qui mettent en scène de nom­breux per­son­nages très va­riés, bour­rés de dé­fauts, où cha­cun peut reconnaître ses propres failles. Âge, genre, eth­nie, di­ver­si­té sexuelle… Mes his­toires parlent de tout le monde, et tout le monde peut s’y iden­ti­fier. Vous vi­vez entre New York et Las Ve­gas, vous par­cou­rez le monde pour vos séances de dé­di­caces et vos confé­rences. Cer­taines villes son­telles plus sen­suelles que d’autres ? La sen­sua­li­té est un état d’es­prit, qui ne de­vrait pas dé­pendre d’un en­droit. Bien sûr, un lieu peut créer une sen­sa­tion d’aven­ture, une ex­ci­ta­tion, qui peut se conver­tir en un épi­sode sen­suel, mais dans l’idéal, c’est une am­biance que vous de­vez pou­voir créer par­tout. Quel est le meilleur en­droit pour lire un de vos ro­mans? N’im­porte quel en­droit où vous ne se­rez pas dé­ran­gée. Dans le mé­tro, chez vous… Faites juste en sorte de ne pas être in­ter­rom­pue. Quelques idées sen­sua­li­té à mettre en pra­tique?

1. Pre­nez du temps pour votre vie sexuelle. Ré­ser­vez des mo­ments pour ça. Et faites-en une prio­ri­té.

2. Au­to­ri­sez-vous à dé­pen­ser pour des choses qui vous font vous sen­tir sé­dui­sante : une coupe de che­veux, un vêtement, de la lin­ge­rie, un rouge à lèvres…

3. Pre­nez le temps de re-sé­duire votre par­te­naire afin d’être tous les deux sur la même lon­gueur d’onde.

4. Dites clai­re­ment à votre par­te­naire ce que vous sou­hai­tez qu’il fasse. Il veut vous faire plai­sir : di­tes­lui comment !

5. Ré­pé­tez les ins­truc­tions pré­cé­dentes – souvent. Le sexe en vaut la peine !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.