Le skate

Li­la ride dans la rue de­puis trois ans. Le ska­te­board l’a mé­ta­mor­pho­sée.

Cosmopolitan (France) - - Formes - Par Patricia Ou­dit Il­lus­tra­tion Cé­cile Rou­bio

La pra­tique

J’ai dé­cou­vert le skate en traî­nant avec des co­pains ri­ders. Comme j’étais la seule fille et que c’est un mi­lieu un peu ma­cho, per­sonne n’a pen­sé à me faire es­sayer. Un jour, j’ai de­man­dé à l’un d’eux de me prê­ter sa planche. At­ten­tion, le ska­teur tient à son ma­té­riel comme à la pru­nelle de ses yeux, et mon co­pain m’a fait com­prendre que j’avais pas in­té­rêt à l’abî­mer ! Il m’a mon­tré comment pous­ser avec un pied pour don­ner de la vi­tesse au skate, puis ins­tal­ler le deuxième pied des­sus. C’est tout. Après, je me suis dé­brouillée toute seule. J’ai ache­té une planche d’oc­ca­sion et je me suis en­traî­née en re­gar­dant les co­pains. C’est un sport d’au­to­di­dacte. On s’amé­liore en rou­lant tous les jours. Et en re­gar­dant des vi­déos.

La te­nue

Une paire de chaus­sures de skate, un jean bag­gy, un tee-shirt. Casque et ge­nouillères pour les plus pru­dentes. Mais il y a des filles, su­per ha­biles, qui surfent en te­nue de ville !

Les conseils

Il faut avant tout maî­tri­ser le ol­lie. C’est le « trick » (fi­gure) de base. Ce­la consiste à sau­ter avec sa planche, le plus souvent par-des­sus des obs­tacles : trot­toir, pou­belle, etc. D’abord, il faut bien pla­cer ses pieds : le pied avant au mi­lieu de la planche en pre­mier, le ta­lon peut dé­pas­ser mais sur­tout pas la pointe du pied, en­suite le pied ar­rière sur le bord du tail, à l’ar­rière. Tous les ska­teurs de la pla­nète se sont ga­vés de ol­lies et… sont beau­coup tom­bés. Le skate est un sport où la chute est né­ces­saire pour pro­gres­ser.

Les sen­sa­tions

Quand je suis par­tie la pre­mière fois et que j’ai réus­si à tour­ner, j’ai hur­lé de joie. C’est tel­le­ment bon, cette glisse. C’est ad­dic­tif. Je n’ima­gine plus bou­ger dans la ville en mar­chant, ça me pa­raît pe­sant, lourd. Quand on glisse, tout dé­pla­ce­ment de­vient fa­cile, du coup, on par­court la ville dans tous les sens, on la do­mine, on saute les marches, on se sent libre.

Les ré­sul­tats

Phy­si­que­ment, c’est le « crui­sing », la pro­me­nade, qui fait perdre le plus de poids. En quelques se­maines, j’avais dé­jà les cuisses et les fesses qui avaient fon­du. Je ne fais pas de rampe ni de « bowl » (mo­dule en forme de bol), mais j’ai vu les ré­sul­tats sur mes copines : elles se sont to­ni­fié tout le corps, même le haut, car on se sert beau­coup des bras. Le skate per­met de tra­vailler l’équi­libre, la co­or­di­na­tion, et donne de l’as­su­rance. Quand on s’en­gage pour faire une fi­gure, il faut y al­ler à fond. Cette as­su­rance, je l’ai aus­si ac­quise dans la vie : grâce au skate, je fonce ! La culture qui va avec me plaît : les codes ves­ti­men­taires, les films, la mu­sique, l’art. Le seul bé­mol, c’est le cô­té un peu gar­çon man­qué des ska­teuses. Moi, j’ai tou­jours une touche gir­ly dans ma te­nue. Et mes potes apprécient ! l

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.