Jes­si­ca Al­ba, mul­tis­tar

Ac­trice-mère-chef d’en­tre­prise-mi­li­tante éco­lo, Jes­si­ca Al­ba a plus d’une fa­cette. Et des jambes as­sez longues pour être l’égé­rie de la nou­velle cam­pagne Braun. Ren­contre vé­ri­té.

Cosmopolitan (France) - - Vip - Par Mar­tine Tar­tour

la­ti­na donc bom­ba ! Il est tou­jours dif­fi­cile de cou­per court à des croyances bien an­crées. Jes­si­ca Al­ba a des ori­gines mexi­caines et in­diennes par son père. Et c’est vrai que, de toute éter­ni­té,

elle in­carne la femme pul­peuse, sexy. Son strip­tease dans « Sin Ci­ty » reste chaud dans les mé­moires. Mais on vous le dit comme on l’a vu : ce qui marque d’abord chez Jes­si­ca Al­ba, c’est son in­croyable svel­tesse, jus­qu’à son dé­col­le­té, qu’on avait ima­gi­né plus pi­geon­nant. Pen­dant l’interview, boots Isa­bel Ma­rant et robe H&M Conscious ne vont pas plus dans le sens du sex­sym­bol. Tant mieux. On la sent plus proche, plus au­then­tique. Prête à tout nous dire. Grand sou­rire de notre part… On lui dit qu’on ap­plau­dit son en­ga­ge­ment éco­lo… Et sou­dain, elle re­de­vient une star de Hol­ly­wood qui montre de quel bois elle se chauffe : une poi­gnée de main pour mar­quer la dis­tance. Non, nous n’avons pas te­nu un stand de pommes bio en­semble.

Une belle na­ture

Jes­si­ca Al­ba, 1,71 mètre, n’a pas tou­jours été bien dans sa peau. Ado, elle en­chaîne les ma­la­dies. Et puis il y a l’école où, ché­tive, elle dé­pare par­mi les pom-pom girls en pleine san­té. Ça la rend ti­mide, la met à part. Au­jourd’hui elle s’est rat­tra­pée. Elle qui man­quait de confiance en elle re­ven­dique une belle as­su­rance. De­puis qu’elle est l’une des stars les plus cé­lèbres de Hol­ly­wood ? « Non… de­puis que je suis mère. » On l’au­rait pa­rié ! « Je ne sais pas si vous le sa­vez, mais je suis ma­man de deux pe­tites filles… Je m’épa­nouis to­ta­le­ment dans ce rôle. » La mai­son Braun aime ce mes­sage de confiance : à quoi ser­vi­raient tous ces ob­jets pour se faire belle, comme cet épilateur et cette brosse de mas­sage pour le visage re­grou­pés dans un nou­veau cof­fret Braun van­té par la star, si ce n’est pour se re­gar­der dans le mi­roir et se dire : « Fonce. Crois en toi. » La devise pré­fé­rée de Jes­si­ca.

Tweet et tweet et Ins­ta­gram

Elle a pas­sé 30 ans, et pour elle c’est épa­tant parce qu’elle a dé­jà fait beau­coup : des films, des en­fants et, avant, des fo­lies comme che­vau­cher une Ka­wa­sa­ki 350 sans être dou­blée, une an­née de cours in­ten­sifs d’arts mar­tiaux, quelques pho­tos de nu per­dues sur le Net… Mais ça, c’était avant. Au­jourd’hui, elle ad­met un peu de yo­ga. Et une vie « où elle s’endort en tee-shirt et py­ja­ma de pi­lou », peut-on lire sur la Toile. Elle s’étonne : « Mais où va-t-on cher­cher tout ça sur moi ? » En réa­li­té, « je dors comme je veux ». Jes­si­ca ne biaise pas. Ain­si, il y a des ques­tions aux­quelles au­cune jour­na­liste n’au­ra de ré­ponse. Égé­rie Braun van­tant les mé­rites de l’épilateur ul­tra per­for­mant Silk- épil 7, elle n’a au­cun avis sur le phé­no­mène Ma­don­na, qui poste ses ais­selles sur son compte Ins­ta­gram. Avec pour lé­gende : « Poils longs et je m’en fous. » Les comptes Ins­ta­gram des autres, Jes­si­ca n’a pas le temps d’y al­ler. Le sien est dé­jà une oc­cu­pa­tion à temps com­plet puis­qu’elle jure être seule à gé­rer tous les en­vois… De son compte Twit­ter aus­si. 1 500 tweets à lire et à re­lire. Et des pho­tos Ins­ta­gram de Jes­si­ca avec sa meilleure amie, Jes­si­ca avec son ma­ri, Jes­si­ca et son plat de la­sagnes… La jeune femme se lit à tweet ou­vert. Ce n’est ni une in­trigue ni une in­tri­gante fa­çon Ma­don­na ou Beyon­cé, c’est une hon­nête fille.

The Ho­nest Life

Il y a trois ans, elle crée avec Ch­ris Ga­vi­gan The Ho­nest Com­pa­ny. Une en­tre­prise de pro­duits pour bé­bé eco­friend­ly. Au dé­part, c’est une his­toire de couches-cu­lottes qui ré­veille la conscience de Jes­si­ca : « J’avais 15 cou­sins, et je fai­sais la ba­by-sit­ter. J’avais l’im­pres­sion de ne faire que ça : chan­ger des couches et les je­ter. Mais c’est ter­ri­ble­ment pol­luant ! » En­suite, les dé­ter­gents lui filent des rou­geurs. Elle, en­ceinte, com­mence à trem­bler pour son foe­tus. Sur­tout quand elle dé­couvre les ef­fets in­dé­si­rables de tous les agents toxiques qu’ils contiennent : « Asthme, obé­si­té, al­ler­gies… » Au­jourd’hui, l’af­faire tourne plu­tôt bien : « 200 per­sonnes y tra­vaillent. Sur­tout des mères de fa­mille. » The Ho­nest Com­pa­ny pro­pose des crèmes, des lin­gettes, des les­sives et des couches-cu­lottes bio et cus­to­mi­sables, « puis­qu’on peut en chan­ger le mo­tif ». La touche per­so de Jes­si­ca Al­ba, qui se voit en femme d’en­tre­prise. Un peu. Elle est quand même et sur­tout ac­trice. On au­rait fi­ni par l’oublier… Mais bien­tôt ce se­ra « Sin Ci­ty 2 ». Et Frank Miller, le réa­li­sa­teur, an­nonce qu’elle y est « sur­pre­nante. C’est de­ve­nu une su­per ac­trice ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.