Je n’aime pas les en­fants…

… Pas en­core

Cosmopolitan (France) - - La Une - Par So­phie Billaud. Pho­to Nick Scott.

À la mai­son

Quand des potes se pointent avec leurs gosses, c’est le flip de l’an­née. On planque tout ce qui est po­ten­tiel­le­ment cas­sable et dan­ge­reux. Les vases ? Dans le pla­card. Les Lou­bou­tin ? Dans un car­ton au som­met de la pen­de­rie. Le pouf au-des­sous de la fe­nêtre ? Contre le mur. La mai­son est de­ve­nue aus­si glam qu’un appartement té­moin d’un vil­lage de va­cances mais il est pro­té­gé contre toute casse et tout dan­ger. Mais quand ils dé­barquent, il y a tou­jours des cas de fi­gure aux­quels on n’avait pas pen­sé. Du genre ? Le chat. Le pauvre s’est à peine ré­veillé de sa sieste que les mioches hurlent dé­jà « un chat ! » en le ti­rant par la queue. Et même quand on leur ex­plique qu’il faut être gen­til avec lui, ils le ca­ressent comme si c’était un boeuf, lui tirent les mous­taches et lui lancent des cro­quettes. On est à deux doigts d’ap­pe­ler Pe­ta quand les pa­rents nous ba­lancent : « Ils n’ont pas trop l’ha­bi­tude des ani­maux. Ce sont des en­fants, tu sais ! » C’est une blague ? De notre cô­té, on n’a pas trop l’ha­bi­tude des en­fants mais ce n’est pas pour ça qu’on shoote dans leurs pe­tites jambes. On rêve ! #Ré­veillezVousLesPa­rents

Au travail

Qui pense « travail » pense « monde des adultes » et donc in­ter­dit aux en­fants ! On n’au­rait pas idée d’al­ler avec ses mômes au Sa­lon de l’éro­tisme, n’est-ce pas ? Et ben ça de­vrait être pa­reil au travail car il n’y a rien de plus in­sup­por­table qu’un col­lègue qui amène son fils parce que la maî­tresse est ma­lade. Entre les « je m’en­nuie » , « c’est quand qu’on mange ? », « tu joues avec moi ? » ou « de­vine quelle est ma cou­leur pré­fé­rée ? », adieu la concen­tra­tion. Et quand nos col­lègues ne viennent pas avec leurs re­je­tons, ils se sentent obli­gés de nous ra­con­ter leurs vies et de nous mon­trer des pho­tos. Comme si ça nous in­té­res­sait… Je ne m’amuse pas à par­ler de la vie de mon chat Po­peye et à mon­trer les sel­fies que je fais avec lui. Alors chers col­lègues, sa­chez-le : on s’en fout de la vie de vos en­fants. Ça ne nous in­té­resse pas ! Gar­dez-la pour vous et vos amis. #Mer­ciDeNousOu­blier

Dans les ma­ga­zines

C’est peut-être le der­nier en­droit où on s’at­ten­dait à ren­con­trer des en­fants. Et pour­tant. Long­temps chasse gar­dée des people comme Beyon­cé, Na­billa ou Ri­han­na, c’est dé­sor­mais celle des Blue Ivy, North West, Prince George ou en­core Pe­ne­lope Kar­da­shian. Fi­ni les fa­shion po­lice des looks d’Alexa Chung ou Oli­via Pa­ler­mo, on ne parle plus que des man­teaux de four­rure et du look co­lor block de Su­ri Cruise. Et quand le « Vogue » amé­ri­cain fait po­ser Ka­nye West et Kim Kar­da­shian en cou­ver­ture du mois d’avril, c’est la pe­tite North qu’on re­trouve à l’in­té­rieur. Comme si la vie des en­fants de stars était de­ve­nue plus pas­sion­nante que celle de leurs pa­rents. Les ma­ga­zines ne se lassent pas de par­ler des prouesses du fils de Ma­don­na sur Ins­ta­gram ou de la tri­bu de Brad Pitt

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.