Dans votre ap­part

Cosmopolitan (France) - - Celib Attitude -

On s’est fait plai­sir : une ta­pis­se­rie fleu­rie vin­tage, de l’en­cens à la rose, une housse de ca­na­pé blanche ni­ckel – on fait as­seoir nos tar­gets de pas­sage sur une chaise –, et des pla­cards qui dé­bordent des soldes 2006 à 2014. Quand un homme pé­nètre dans notre antre, il a un peu l’im­pres­sion de s’être trom­pé de ves­tiaire. Et si on lui fai­sait une pe­tite place, ne se­rait-ce que sym­bo­lique, pour être sûre qu’il re­vienne ? Un verre dans la salle de bains pour sa brosse à dents, un por­te­man­teau libre dans l’en­trée, une tasse Mi­ckey qui lui est ré­ser­vée, etc. « Faire de la place chez soi, c’est aus­si une ques­tion d’at­ti­tude », comme le re­marque Gé­ral­dine après que deux mecs ont fui son ap­part, mal à l’aise. « Dès qu’ils pro­po­saient de m’ai­der, je re­fu­sais. Je vou­lais tout gé­rer chez moi, du ca­fé le ma­tin au dé­pliage du ca­na­pé le soir. » Lais­ser en­trer un homme dans sa vie, ce n’est pas le trai­ter en in­vi­té, mais le lais­ser faire comme chez lui. Bon, pour les poils de barbe dans le la­va­bo, on peut quand même né­go­cier. voir son pré­nom s’af­fi­cher un jour sur l’écran de notre té­lé­phone… Au­tant de pa­ra­sites entre nous et le fu­tur homme de notre vie. Parce que s’il était dé­jà dans notre ré­per­toire, on n’au­rait pas be­soin des autres. Co­ra­lie, elle, a ex­pé­ri­men­té le tri ul­tra sé­lec­tif : « J’ai per­du mon té­lé­phone et tous mes nu­mé­ros du jour au len­de­main. La pa­nique ! Mais ça a été le mo­ment de me po­ser la ques­tion : qui ai-je vrai­ment en­vie d’en­trer dans mon ré­per­toire ? Et donc, dans ma vie ? Au to­tal : 34 nu­mé­ros, pas plus ! Avis aux in­té­res­sés : j’ai de la place pour les pro­chains… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.