J’ai cé­dé, pas de té­lé dans la chambre. Mais du coup je n’ai plus qu’une pen­sée lorsque je me couche: en­la­cer celle que j’aime.

Cosmopolitan (France) - - Paroles D'Hommes -

ça. En fait, à chaque fois que je me désha­bille, elle a l’im­pres­sion que c’est Ch­ris­tian Cla­vier dans « les Bron­zés » qui vient la re­joindre au lit. Mes­sage re­çu. Le len­de­main, je fais une raz­zia de ca­le­çons chez Ce­lio, his­toire d’éli­mi­ner dé­fi­ni­ti­ve­ment Ch­ris­tian Cla­vier de ma vie de couple. Yous­sef, 26 ans

Dans ma fa­mille, on a tou­jours dî­né de­vant les infos. Ça rend le re­pas confus, tout le monde parle dans tous les sens, mais c’est convi­vial. Pour Pauline, c’est une aber­ra­tion, un truc de vieux couple qui n’a plus rien à se dire, ou de fa­mille à en­gueu­lades. « Mais tu n’es même pas ca­pable de dî­ner dans le si­lence ? » En fait non. Il y a un truc qui me manque. Pour­tant, j’ac­cepte de cou­per la té­lé. Et après un petit temps d’adap­ta­tion, je me rends compte que c’est mieux : avant, on se par­lait en dî­nant, mais on com­men­tait les infos. Main­te­nant, on se parle de notre jour­née, de nous. Les soi­rées piz­za de­vant BFM, c’est quand je suis en so­lo et c’est pas mal non plus. Clé­ment, 25 ans

Je m’en­tends très bien avec mon ex lorsque je ren­contre Stéphanie. Elle le sait et ça ne semble pas lui po­ser de pro­blème. Ju­lie et moi, six ans de vie com­mune, on a ra­té notre vie de couple, mais pas notre ami­tié. Sauf que lorsque j’em­mé­nage avec Sté­pha-

Quand Vic­toire pro­pose qu’on vive en­semble, je n’hé­site pas une se­conde. Nous deux, c’est tout ré­cent mais on est super fu­sion­nels, et puis à quoi bon payer deux loyers alors qu’on est tout le temps l’un chez l’autre ? Ça dé­rape au bout d’un mois : les chaus­settes en boule, la cas­se­role qui traîne toute la jour­née dans l’évier… Je fais de l’hu­mour mais je n’ar­rive pas à la dé­ri­der, elle me re­proche d’être com­plè­te­ment bor­dé­lique, et elle a l’im­pres­sion de pas­ser pour une mé­gère. Pas­ser l’as­pi, ça me gonfle, mais je n’ai pas non plus en­vie que Vic soit obli­gée de tout ran­ger der­rière moi. Je check mon compte en banque : ça va être ser­ré, mais je peux payer une femme de mé­nage deux fois par se­maine. Bru­no, 29 ans

J’achète un bou­quet un jour en me di­sant que ce se­rait sym­pa dans l’ap­part. Quand San­dra rentre, elle est qua­si en larmes : « C’est toi qui l’as choi­si ?! » C’est vrai que c’est une pre­mière. Mais sé­rieux, elle me prend vrai­ment pour un in­ca­pable ? Un han­di­ca­pé du coeur ? De­puis, je lui prouve le contraire. Sans al­ler jus­qu’aux dî­ners aux chan­delles dans la cuisine, un petit SMS tendre du salon alors qu’elle est dans la chambre, soit à dix mètres de moi, ça la fait fondre à tous les coups. Mi­ckaël, 32 ans

l

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.