Celle qu’on ap­pelle par son pré­nom… À qui on garde une place à la can­tine… Qu’on loue pour son ef­fi­ca­ci­té… C’est moi ! Ça vous fait en­vie ? On vous confie com­ment de­ve­nir cette fille.

Cosmopolitan (France) - - OPEN SPACE - Par Ma­thilde Ef­fosse. Photo Gregg Se­gal.

A prio­ri, si on a choi­si ce mé­tier, c’est qu’il nous plaît, et qu’on es­père l’exer­cer dans les meilleures condi­tions pos­sibles. Mais ce ne se­ra ja­mais une bonne mu­tuelle, une can­tine 5 étoiles ou un ac­cès wi­fi qui nous fe­ront dire : j’adore mon job ! Celles qui y vont en sif­flo­tant ont com­pris qu’il fal­lait re­mon­ter ses manches et… sor­tir du lot. Trou­ver ses marques. Prendre ses re­pères. Te­nir sur la lon­gueur. Ai­mer être là sans rê­ver d’ailleurs. On di­sait au­tre­fois « j’ai trou­vé une bonne place chez Un­tel & Cie », au­jourd’hui, ce qu’il faut, c’est trou­ver sa place. Où ? Com­ment ? Jour­née type.

L’as­cen­seur

C’est le tra­que­nard le plus re­dou­té de l’his­toire de l’ar­chi­tec­ture de bu­reaux : on y est coin­cé, et par­fois en tête à tête avec son boss ! Il n’y a rien de pire qu’un blanc gê­nant pen­dant une as­cen­sion de cinq étages. En même temps, cette pro­mis­cui­té offre une bonne oc­ca­sion de se pré­sen­ter aux autres. Mais com­ment ? « Bon­jour Boss. Mlle Le­brun. Mylène. Vous m’avez en­ga­gée il y a main­te­nant deux ans, et vous ne connais­sez tou­jours pas mon pré­nom. » Là, il le prend for­cé­ment mal. La tech­nique in­faillible : la po­li­tesse dis­crète. Si on ne trouve rien à dire, un grand sou­rire fe­ra l’af­faire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.