Le truc dont je ne par­le­rai ja­mais à mes potes Les amis, c’est à la vie à la mort, mais ma co­pine, c’est sacré, alors si­lence. Sur­tout sur cer­tains dé­tails.

Cosmopolitan (France) - - PAROLES D’HOMMES - Par Oli­vier Gay. Photo Ste­ven Chee.

Je sors en ce mo­ment avec

une fille qui a eu pas mal d’amou­reux… Per­son­nel­le­ment, ça ne me dé­range pas – je me dis qu’on n’est pas en­semble par dé­faut. Mais je sais que cer­tains potes ne ré­agi­raient pas de la même ma­nière.

An­to­ny, 30 ans

Nous sommes tous les deux avo­cats, mais ma femme gagne plus que moi. La dif­fé­rence n’est pas énorme, mais elle compte. C’est stu­pide de s’ar­rê­ter à ça en 2015 mais je laisse croire à mes amis que c’est moi qui mène la car­rière la plus brillante.

Maël, 28 ans

Ma co­pine est go­go dan­seuse. Au dé­but, elle le fai­sait pour payer ses études, et puis elle y a pris goût. Au­jourd’hui, elle a un tra­vail mais conti­nue de faire des ex­tras de temps en temps. J’y as­siste par­fois, et c’est très clean, mais mes potes ne com­pren­draient pas quand même. Pour­tant, ça reste de la danse et de l’art. Hein ?

Ya­cine, 24 ans

Sou­vent, Cé­lia garde ses chaus­settes pen­dant l’amour. Je ne sais pas pour­quoi, mais ça m’ex­cite beau­coup. Pour­tant, dans mon groupe d’amis, tout le monde cite ce cli­ché comme un tue-l’amour. Du coup, je ris avec eux – et je pense au mo­ment où je re­ver­rai ma co­pine.

Mike, 32 ans

Ma co­pine est une fan ab­so­lue de… John­ny Hal­ly­day. À notre âge, ce n’est quand même pas très fré­quent. Elle connaît toutes ses chan­sons, est al­lée à plu­sieurs de ses concerts et a même un au­to­graphe qui doit va­loir cher. Je pense que je n’en par­le­rai ja­mais à mes potes, en es­pé­rant qu’elle ne se met­tra pas à chan­ter à la pro­chaine soi­rée.

Antoine, 22 ans

Da­ria col­lec­tionne les sex-toys. Elle en avait dé­jà plu­sieurs lors­qu’on s’est ren­con­trés, mais elle n’ar­rive pas à ré­sis­ter quand elle en dé­couvre un nou­veau. Ce n’est même pas pour s’en ser­vir, cer­tains sont en­core sous plas­tique. C’est juste une col­lec­tion comme une autre… dont je pré­fère ne pas par­ler.

Ni­co­las, 26 ans

Je suis vrai­ment al­lé très loin pour ré­cu­pé­rer ma co­pine après avoir com­mis une er­reur. Je lui ai écrit des poèmes, je l’ai at­ten­due en bas de chez elle, je pleu­rais dans le train… Ré­tros­pec­ti­ve­ment, j’étais pa­thé­tique. Et per­sonne n’a be­soin de le sa­voir.

Yann, 26 ans

Mélanie a eu re­cours à la chi­rur­gie

On en a dis­cu­té tous les deux et elle sou­hai­tait al­ler jus­qu’au bout de la dé­marche. Au­jourd’hui, j’ai

es­thé­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.