Co­ra­lie fa­brique du DIY

Cosmopolitan (France) - - SPÉCIAL ARGENT -

Pour mon ma­riage, en zap­pant sur les sites de faire-part et de déco, je suis hor­ri­fiée par les prix. Comme je suis plu­tôt douée pour tout ce qui est ma­nuel, je dé­cide de fa­bri­quer la déco moi-même, pour cin­quante per­sonnes. Je re­garde des tu­tos sur in­ter­net, je prends un cours de dé­coupe sur bois… Et je m’en sors bien ! Je des­sine les faire-part, j’uti­lise du bois flot­té pour les marque-places, des chutes de tis­sus pour les fa­nions… Le jourJ, tout le monde est bluf­fé. Les com­pli­ments me mo­tivent. Ça me fait ré­flé­chir et je me lance. Mon job me per­met d’être dis­po dès 18 heures, je com­mence à créer d’autres ob­jets, une di­zaine. Quelques boîtes pour les ca­deaux, des cadres pour les photos… Je les mets en ligne sur un site de pe­tites an­nonces, je les ex­pose dans des vide-gre­niers le week-end. Pen­dant un an, je me suis juste fait quelques eu­ros, jus­qu’à ce qu’un couple de co­pains me contacte pour pas­ser com­mande : se rap­pe­lant ce que j’avais fait pour le mien, ils veulent que je m’oc­cupe de toute la déco de leur ma­riage sur le thème de la plage. Ma pre­mière grande com­mande. Mes gains : Ils ont payé tout le ma­té­riel et j’ai de­man­dé 300 € pour mon tra­vail. On s’est of­fert un ca­na­pé !

Ma­rine et ses co­locs cui­sinent pour des in­con­nus

VizEat met en re­la­tion des tou­ristes ou des au­toch­tones qui ont en­vie de dî­ner chez des par­ti­cu­liers. Je cui­sine bien, mes co­locs sont par­tantes et on a un atout de taille : une grande ter­rasse. On s’ins­crit. Cer­tains pro­fils pré­sentent des re­pas à thèmes, dignes d’ « Un dî­ner presque par­fait », d’autres, des me­nus de pros. On ne pour­ra ja­mais ri­va­li­ser avec un 3-étoiles. On mise plu­tôt sur notre bonne hu­meur… et notre fa­meuse ter­rasse. On a vu juste : le mois der­nier, c’est elle qui a sé­duit nos pre­miers in­vi­tés, une bande de co­pines qui fê­tait un en­ter­re­ment de vie de jeune fille.

Pour cette soi­rée, en dé­dui­sant le prix des in­gré­dients,

qu’on a fi­na­le­ment lais­sés dans un pot com­mun pour la co­loc. On a l’in­ten­tion de re­com­men­cer, en gé­rant les de­mandes en fonc­tion de nos em­plois du temps : on ne veut sur­tout pas que ça de­vienne une contrainte.

Nos gains :

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.