Qu’on ouvre les ca­deaux tard dans la nuit ou tôt le ma­tin, les sur­prises sont tou­jours aus­si nom­breuses !

Cosmopolitan (France) - - TADAAAM! - Par la ré­dac­tion. Pho­to Billy Road.

Flash. Pre­mier Noël chez Tom. Chez lui, ça ne ri­gole pas : la fa­mille est au grand com­plet. Comme le veut la tra­di­tion, après le dî­ner, on ouvre les ca­deaux. Épar­pillés un peu par­tout dans le sa­lon, les pa­quets at­tendent qu’on vienne les dé­bal­ler. « Le rouge, tu l’ou­vri­ras plus tard, avec moi », me glisse Tom, l’oeil co­quin, avant de fi­ler. Quel rouge ? Il y en a deux, il doit par­ler du grand. J’ouvre le pe­tit quand sa grand-mère m’in­ter­pelle, ap­pa­reil pho­to en main : « Alors, tu as été gâ­tée ? » J’obéis, et me fais fla­sher… ex­hi­bant un cos­tume d’in­fir­mière sexy. Mau­vaise pioche.

Pao­la, 24 ans

À ma botte. Je fais un sub­til tra­vail d’ap­proche de­puis près d’un mois pour que ma mère m’offre cette paire de bottes sur la­quelle j’ai fla­shé dans une bou­tique du centre de Di­jon. Je la fais pas­ser de­vant le ma­ga­sin, je de­mande à ma soeur de lui glis­ser l’idée l’air de rien, je lui dis que toutes mes bottes sont dé­mo­dées… Le soir de Noël, je garde un oeil sur les plus gros pa­quets. Pen­dant que mon oncle oc­cupe les en­fants, je me jette sur ce que je pense être « mon » ca­deau, sous le re­gard amu­sé de ma mère. Je dé­chire le pa­pier… et je dé­couvre une planche à dé­cou­per der­nière gé­né­ra­tion. « Pour ton fu­tur chez-toi, ma ché­rie ! » J’ai com­pris le mes­sage, il est temps que je dé­mé­nage.

Ma­ria, 24 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.