CHÉ­RI, TU SE­RAIS PRÊT

Du pe­tit geste à la grande dé­cla­ra­tion, per­sonne n’est contre une preuve d’amour. Et quand les hommes s’y mettent, ils sont plu­tôt doués.

Cosmopolitan (France) - - PAROLE D’HOMMES - Par Constance Ma­ria

Lau­ra a dé­mé­na­gé à Paris pour ses études. On ha­bi­tait en­semble à Lyon de­puis trois ans. J’adore cette ville, j’y ai ma fa­mille, mes amis. Au bout d’un an de re­la­tion à dis­tance, on se man­quait énor­mé­ment, ce n’était plus vi­vable. J’ai tout quit­té pour la re­joindre. Pas fa­cile d’ar­ri­ver dans une ville où je ne connais per­sonne, sans boulot qui plus est. Mais je ne re­grette rien. Sté­phane, 27 ans

Pre­mier dî­ner chez mes pa­rents avec Isa­belle. Une fille gé­niale mais très mal­adroite. En ar­ri­vant, on se charge de mettre notre bouquet dans un vase. Isa est stres­sée, le vase en cris­tal lui glisse des mains et ex­plose sur le sol. De­vant sa dé­tresse, je n’hé­site pas à jouer le gent­le­man pro­tec­teur : « Par­don ma­man, j’ai cas­sé ton vase. » Ma mère m’en veut tou­jours un peu, mais elle adore Isa­belle. Adrien, 29 ans

Au­ré­lie fan­tasme sur les pom­piers. Un soir, je dé­cide de l’at­tendre en to­tal look sol­dat du feu. Je me suis même ra­sé la tête. Ob­jec­tif at­teint, on passe une soi­rée d’an­tho­lo­gie. Mais le len­de­main, il faut don­ner une ex­pli­ca­tion aux col­lègues de bu­reau. « Qu’estce que t’as fait à tes che­veux ? » Euh… on va dire que j’avais en­vie de chan­ge­ment. Ju­lien, 27 ans

De­puis quatre ans avec Lu­cie, ça se passe su­per bien. Mais elle a un pro­blème avec mon pé­nis : je ne suis pas cir­con­cis. Moins es­thé­tique, moins hy­gié­nique d’après elle, c’est un tue-l’amour et ça la bloque vrai­ment sexuel­le­ment. Après avoir mû­re­ment ré­flé­chi – ce n’est pas une dé­ci­sion qu’on prend à la lé­gère, sur­tout à mon âge –, j’ai dé­ci­dé de me faire cir­con­cire. Alors oui, j’étais hors-jeu pen­dant quelque temps et ça fait (très) mal, mais main­te­nant, on s’éclate à 100 %. Ma­thieu, 31 ans Mou­rir dans l’eau gla­cée (Leo DiCa­prio dans « Ti­ta­nic »). Ra­che­ter l’en­tre­prise en faillite où tra­vaille leur amou­reuse (Max Bou­blil dans « Prêt à tout »). Faire éva­der leur femme de pri­son (Vincent Lin­don dans « Pour elle »). Al­ler jus­qu’aux en­fers pour re­voir leur bien-ai­mée (Jean Ma­rais dans « Orphée »).

Quand j’avais 15 ans, je vou­lais sor­tir avec une fille, Alexia. Un jour, au té­lé­phone, elle me dit qu’elle n’a ja­mais re­çu de fleurs de la part d’un gar­çon. J’ai ache­té une rose et j’ai mar­ché jusque chez elle pour la lui ap­por­ter. C’était su­per loin et je me suis per­du en che­min, mais ça, elle n’a pas be­soin de le sa­voir. Di­mi­tri, 29 ans

J’ai cra­qué pour elle, tout sim­ple­ment.

Avant de la ren­con­trer, j’ai­mais les hommes. Ch­ris, 28 ans Pour l’an­ni­ver­saire de Li­sa, je lui ai fait croire que j’étais coincé au bu­reau. Quand elle est ren­trée à la mai­son, une robe, une po­chette et une paire de chaus­sures l’at­ten­daient sur le lit, avec un pe­tit mot : « Sois prête à 20 h 30, je passe te cher­cher. » Charles, 29 ans Je l’ai de­man­dée en ma­riage. Et j’ai sor­ti le grand jeu. Il faut dire qu’après douze ans de re­la­tion, Le­na n’osait plus y croire ! J’avais in­té­rêt à as­su­rer. Bou­gies, mu­sique, ge­nou à terre… J’ai même eu la larme à l’oeil quand elle a dit oui. Paul, 30 ans

Noé­mie a dé­cro­ché un stage de six mois en Aus­tra­lie. Six mois sans se voir, c’est long. Je dé­cide de la re­joindre à mi­par­cours pour deux se­maines en amou­reux. Seul pro­blème : j’ai une peur hor­rible de l’avion. Un Paris-Nice de 1 h 20 à coup de cal­mants, c’est mon grand maxi­mum. Et me voi­là par­ti pour un voyage de 30 heures…

mais j’y suis ar­ri­vé !

Je lui ai cui­si­né un re­pas fa­çon « Top Chef » avec en­trée, plat et des­sert. En temps nor­mal, je suis plu­tôt le roi de la piz­za dé­con­ge­lée, donc je vous laisse ima­gi­ner le boulot ! Alexandre, 35 ans

ILS L’ONT FAIT ! (À L’ÉCRAN)

J’ai cru mou­rir,

Lu­cas, 24 ans

J’étais ac­cro à la clope mais Ju­lie ne le sup­por­tait pas, et as­sez vite elle m’a po­sé un ul­ti­ma­tum. Je n’ai pas hé­si­té, même si je savais que le se­vrage al­lait être rude : j’ai dit adieu à la ni­co­tine.

Ar­naud, 23 ans

J’ai ap­pris à faire un gâ­teau sans-glu­ten-sans­sucre-sans-lac­tose-sans-ma­tière-grasse. Bon OK, il est dé­gueu­lasse. An­toine, 22 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.