UNE ÉQUIPE DE CHOC POUR RÉ­CHAUF­FER LES COEURS

Cosmopolitan (France) - - ACTION -

500 re­pas par jour à ser­vir

Elles louent une mai­son dans les en­vi­rons. Se mettent au tra­vail, un ta­blier au­tour des hanches, avec en­thou­siasme. Pas ques­tion de la jouer triste ! « Une fois par se­maine, Em­maüs nous donne les in­ven­dus des su­per­mar­chés du coin, on achète des fruits et lé­gumes au mar­ché de gros de Lille, on ré­colte des dons de plu­sieurs par­te­naires et de l’épi­ce­rie bio dans quelques ma­ga­sins. » Leur mis­sion : des ren­contres en cui­sine entre bé­né­voles et ré­fu­giés et la distribution de 150 dé­jeu­ners vé­gé­ta­riens, et d’en­vi­ron 350 dî­ners par jour. Tout est fait mai­son, cui­si­né à par­tir de pro­duits bruts. C’est comme ça que, le 2 sep­tembre, au ha­sard de leur page Fa­ce­book, on trouve au me­nu : sa­lade de cé­réales et lé­gu­mi­neuses, au­ber­gines confites, mayon­naise aux herbes, ca­viar de cour­gettes du jar­din, et en des­sert, trifle aux pêches et mi­ra­belles, mousse chee­se­cake et crumble co­co. « Les des­serts mai­son et frais, sur le camp, ça n’exis­tait pas. C’est un pe­tit plus, mais c’est un im­mense plai­sir, dit Va­nes­sa. Et puis un jour, les femmes du camp nous ont ap­pris à pré­pa­rer le “tap­si”, une sorte de ra­ta­touille kurde. Quand on a com­men­cé à cui­si­ner leurs re­cettes, celles de leur pays, on a vu une im­mense gra­ti­tude dans leurs yeux. » L’ex­pé­rience fait du bruit sur les ré­seaux et des bé­né­voles ve­nus d’un peu par­tout viennent prê­ter main-forte. « Un ré­chaud, c’est un us­ten­sile trans­por­table. Der­rière il y a l’idée de l’iti­né­rance, de la vie no­made, d’hommes, de femmes, d’en­fants sur les routes et d’his­toires qui se ra­content… Notre Récho à nous, c’est Re-fuge, Ch-aleur, O-pti­misme. »

Créer du lien

« On avait cette en­vie de faire par­ti­ci­per tout le monde, de pro­vo­quer de l’échange. Et sur­tout d’im­pul­ser de l’ac­ti­vi­té dans ce camp, où chaque jour res­semble au pré­cé­dent. » Il y a eu aus­si des in­ter­ven­tions du Récho au Wo­men Cen­ter, un es­pace ré­ser­vé aux femmes et aux en­fants sur le camp. Ici, l’ac­cès est in­ter­dit aux hommes, les femmes peuvent se « dé­voi­ler » dans un co­con pro­té­gé. « On a réus­si à créer une re­la­tion pri­vi­lé­giée de femmes à femmes. » La pa­role se li­bère, on y ra­conte ses rêves. « Tous les ré­fu­giés ne veulent pas pas­ser en An­gle­terre. À Grande-Synthe, beau­coup cherchent à res­ter en France. À trou­ver du tra­vail, dans les cui­sines, pour­quoi pas. On a ré­veillé cette en­vie. Il y a 200 000 em­plois à pour­voir chez nous dans ce sec­teur. Au Wo­men Cen­ter, le jour de notre dé­part, on a fê­té avec émo­tion l’an­ni­ver­saire de trois en­fants en cui­si­nant des co­okies, des moel­leux au cho­co­lat et des gâ­teaux aux fruits. »

Et main­te­nant…

Le food truck est à l’ar­rêt. De l’énergie, elles en ont tel­le­ment four­ni pen­dant les se­maines pas­sées à La Li­nière… Élo­die et Va­nes­sa veulent prendre un peu de re­cul. Faire le bi­lan. La vie d’avant re­prend son cours mais un peu dif­fé­rem­ment, et dé­jà, elles ré­flé­chissent à la suite. Le food truck du Récho pren­dra la route au prin­temps pro­chain di­rec­tion la Bel­gique. Puis ailleurs en Eu­rope. « Deux ou trois mis­sions par an. Oui, c’est pos­sible. Au re­gard de ce que nous ve­nons de réa­li­ser. »

Ca­rine et Ga­brielle, cheffes in­dé­pen­dantes toutes les deux, re­joignent l’équipe cui­sine. En tout, onze filles pas­sion­nées, sur­vol­tées et exal­tées, comme elles aiment à se dé­fi­nir. Sur Kiss­Kiss­Bank­Bank, il leur faut 45 jours pour re­cueillir plus de 30 000 eu­ros au­tour de leur idée qu’elles ex­priment en ces termes : « Ra­me­ner de la vie là où il n’est plus ques­tion que de sur­vie. » Des res­tos par­te­naires, amis ou sen­si­bi­li­sés à la cause de­viennent spon­sors. Au fi­nal : 50 000 eu­ros sur le compte de l’as­so­cia­tion, et aus­si pas mal de leurs éco­no­mies. Elles sont prêtes. Va­nes­sa reste le pi­lier, elle a to­ta­le­ment sus­pen­du ses autres ac­ti­vi­tés, no­tam­ment le théâtre, et fait maintes fois le tra­jet jus­qu’à Grande-Synthe. Idem pour Élo­die Hué, co­fon­da­trice du pro­jet. En août 2016, à bord du food truck ra­che­té à une école de for­ma­tion en cui­sine, avec du ma­té­riel prê­té par l’Ate­lier des chefs et des dons de dif­fé­rentes marques, c’est le dé­part pour s’ins­tal­ler au camp de La Li­nière. par Le Récho est por­té l’en­thou­siasme de onze jeunes femmes g. par­mi les­quelles (de à dr.) : Ma­rie Bou­caut, Stéphanie La­nier, Do­nia Eden, Va­nes­sa Kry­cève, Élo­die Hué, Lau­ra Do­menge et Élo­die Fa­gan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.