À vos masques! 4 nou­velles fa­çons de les uti­li­ser pour une peau zé­ro dé­faut.

Cosmopolitan (France) - - BEAUTÉ - Par Em­ma­nuelle Lannes. Pho­tos Em­ma­nuelle Hau­guel. Réa­li­sa­tion vi­suelle Do­mi­nique Évêque.

Le masque + la nuit

Le temps de pause clas­sique d’un masque ? Entre trois et quinze mi­nutes. C’était sans comp­ter sur l’Asie et le boom des slee­ping packs, ces tex­tures gé­li­fiées ex­tra-fraîches, blin­dées en ac­tifs hy­dra­tants qui se dif­fusent au goutte-à-goutte toute la nuit. Au ré­veil, la peau est pul­peuse, rose et sans plis d’oreiller sur les joues. Pour qui ? Celles qui dé­testent col­ler. Ra­pi­de­ment ab­sor­bé, sans fi­ni gras, c’est le masque idéal. Tout ça grâce à une tex­ture « mé­moire de forme », qui épouse les traits au mil­li­mètre près, puis agit comme une com­presse in­vi­sible, em­pê­chant la peau de se déshy­dra­ter pen­dant la nuit. Comment ? Ce soir-là, on se couche tôt et on s’en­dort mas­quée avant 23 heures pour pro­fi­ter du « gol­den time », ces heures mi­racle où les cel­lules se ré­gé­nèrent. On éteint or­di, smart­phone et toutes les lou­piotes bleu­tées qui per­turbent le som­meil. Au ré­veil, on va­po­rise le vi­sage avec un pschitt d’eau ther­male ou une lo­tion sans al­cool, lais­sés dans le fri­go pour l’ef­fet frais. Pro­mis, le ré­sul­tat, c’est Co­pa­ca­ba­na : teint pé­tale ga­ran­ti, ce­lui qu’on avait quand on ne bos­sait pas, ne fu­mait pas, ne stres­sait pas ! Le bon rythme ? Une fois par se­maine. Quoi ? Beau­té de nuit, Ga­lé­nic ; Le Masque nuit, Éner­gie de vie nuit, Lan­côme ; Masque de nuit au thé noir, Fresh ; Huile ex­tra­or­di­naire Crè­me­masque nuit, L’Oréal Pa­ris ; Masque Hy­dra­tant in­tense de nuit, StriVec­tin ; Beau­ty Slee­ping Mask, Ibu­ki, Shi­sei­do.

Le masque + l’ou­til

Pour boos­ter les ef­fets d’un masque, mas­ser son vi­sage en même temps, c’est top. Et si on in­no­vait avec ces ou­tils qui font le job à notre place ? Pour qui ? Les fans de spa et de soins en ins­ti­tut. On choi­sit un masque à la tex­ture onc­tueuse, avec des ac­tifs en forte concen­tra­tion. On l’ap­plique en quan­ti­té maxi, et on masse avec une brosse roll-on ou à têtes vi­brantes en mé­tal, qui re­pro­duisent les ta­po­te­ments de doigts des es­thé­ti­ciennes. Comment ? Uti­li­ser l’ou­til pen­dant le temps de pose, soit vingt mi­nutes, comme les pros. Le geste idéal : en mou­ve­ments cir­cu­laires, de l’in­té­rieur vers l’ex­té­rieur. On y va, on ap­puie, on sti­mule : au­cun risque de se faire mal avec ces em­bouts per­for­mants mais très doux. Et là, il se passe vrai­ment quelque chose : les ac­tifs se fau­filent et rem­plissent les « ré­ser­voirs » de l’épi­derme. Le teint est frais, la mine toute lisse. Le bon rythme ? Tous les trois jours et/ ou le len­de­main d’une soi­rée, pour dé­con­ges­tion­ner et ré­veiller la peau. Quoi ? Masque Mul­ti-Ré­gé­né­rant, Cla­rins ; Crème Masque Ver­nix, Bio­lo­gique Re­cherche ; Masque Orex­cel­lence, De­cléor ; Masque Hy­dra­tant à la ca­mo­mille bleue, Aé­sop ; Hy­dra 24+, Payot ; Ever­calm, Ren ; Su­per Plum­ping Mask, Re­sul­time ; Me­so-Mask, Fi­lor­ga. + ou­til : Vi­saPure Ad­van­ced, Phi­lips ; Le Soin Vi­sage, Mas­sage So­nique, Dar­phin ; Double Mas­seur Vi­sage, The Bo­dy Shop.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.