Il n’y a qu’à Cos­mo qu’on avoue ça.

Cosmopolitan (France) - - NOS CONFESSIONS - Par Ch­loé Plan­cou­laine

MAU­VAIS CRÉ­NEAU

De­vant moi, au vo­lant d’une grosse voi­ture avec un « A » col­lé à l’ar­rière, un pe­tit jeune ga­lère pour faire son cré­neau. C’est dé­jà la troi­sième fois qu’il es­saye, il y a une di­zaine de voi­tures blo­quées der­rière lui et je lis la dé­tresse sur son vi­sage dans le ré­tro. Ni une ni deux, je mets le frein à main et je vais le ti­rer de son cau­che­mar, sûre de moi : « Don­ne­moi tes clefs, je vais te la ga­rer. » Sou­la­gé, il n’hé­site pas et je prends le vo­lant. C’est une au­to­ma­tique, il y a des bou­tons par­tout, des bips à chaque ma­noeuvre… je m’y re­prends à cinq fois pour la ga­rer. Ap­plau­die par une pluie de klaxons. Mu­riel, 36 ans

COU­PEZ !

Entre le bou­lot, les amis qui ont des ga­lères ou mes pe­tits ne­veux à gar­der, ça fait des siècles que je n’ai pas pris un peu de temps pour moi. Mes che­veux secs, plats, four­chus et bi­co­lores en sont la preuve vi­sible. Ou ri­sible, de­vrais-je dire. Bref, il y a ur­gence : je prends ren­dez-vous chez le coif­feur. « Par qui avez-vous l’ha­bi­tude d’être coif­fée ? », on me de­mande. Je ne me sou­viens plus de son pré­nom, mais je peux la dé­crire : c’est la jeune fille ronde. Si­lence au bout du fil, puis : « D’ac­cord, par moi, donc. » Ol­ga, 27 ans

EN ROUE LIBRE

No­ti­fi­ca­tion Uber : « Votre chauf­feur ar­rive dans une mi­nute. » OK, je des­cends. Sa BMW noire est ar­rê­tée au feu – vite, je monte à l’ar­rière avant que ça passe au vert : « Bon­jour, c’est Yas­mine ! » Le conduc­teur se re­tourne et me re­garde en ri­go­lant. C’était juste un in­con­nu qui ren­trait du bou­lot. Yas­mine, 23 ans

FAN­TASME VS RÉA­LI­TÉ

Au res­to avec Fa­rid, on dis­cute fan­tasmes. Il ai­me­rait que je l’at­tache aux bar­reaux du lit pour faire ce que je veux de lui. L’idée me plaît… L’ad­di­tion, s’il vous plaît ! On rentre en qua­trième vi­tesse, di­rec­tion la chambre : ah oui, c’est vrai, notre lit n’a pas de bar­reaux. Pas grave, j’at­tache mon amou­reux à une chaise, puis je le désha­bille. Il est as­sis, ce n’est pas très pra­tique, alors pour re­ti­rer son jean, il m’aide en gi­go­tant de haut en bas, de gauche à droite, et BAM ! la chaise se ren­verse avec lui. Fin du fan­tasme. Ca­mille, 31 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.