Ché­rie, t’au­rais pas vu mon té­lé­phone ?

Cosmopolitan (France) - - AU FAIT. . . - Par Ch­loé Plan­cou­laine. Illus­tra­tion Ma­rie Per­ron.

T’es là, sous ton casque de­vant le der­nier clip de Beyon­cé, quand les ges­ti­cu­la­tions vé­nères de ton amou­reux t’in­vitent lour­de­ment à mettre pause. L’ur­gence ? « J’ai per­du mon té­lé­phone ! » Tu ré­cites ton texte par coeur : « T’as re­gar­dé dans la poche de ton man­teau ? Sur la table de nuit ? Dans ta sa­coche pro ? À cô­té du char­geur sur la che­mi­née ? » Tu lui as don­né as­sez d’op­tions pour l’oc­cu­per trois mi­nutes : le temps du clip. Tu en­chaî­ne­rais bien avec un deuxième, mais ton mec, plus ten­du qu’un muscle de Craig Da­vid, hurle : « Non mais je l’ai vrai­ment per­du ! » Quand tu le fais son­ner, c’est la poche ar­rière de son jean qui vibre et cette phrase qui ré­sonne pour la mil­lième fois : « Ah non, c’est bon, il est là. » Si ton mec t’as as­si­gné la fonc­tion « GPS d’ob­jet » de­puis que vous vi­vez en­semble, ce n’est pas seule­ment parce qu’il est tête en l’air. En sept ans, tu as eu le temps d’ana­ly­ser la si­tua­tion : quand il t’an­nonce qu’il a per­du un truc, il ne te de­mande pas de l’aide, mais de l’at­ten­tion. Le pe­tit gar­çon sous son pre­mier che­veu blanc n’ac­cepte pas que quelque chose puisse te dé­tour­ner de sa per­sonne, même Beyon­cé. Si à 5 ans, il pou­vait s’agrip­per aux jambes de sa mère pour se faire re­mar­quer, au­jourd’hui il trouve d’autres sub­ter­fuges pour ac­ca­pa­rer la nou­velle femme de sa vie (sor­ry, belle-ma­man). Sauf que si tu veux bien l’ac­com­pa­gner dans quelques par­ties de chasse aux tré­sors, tu ai­me­rais aus­si gar­der du temps pour tes ur­gences à toi – ap­prendre la cho­rée de « Single La­dies », no­tam­ment. Alors, gen­ti­ment, tu lui rap­pelles que vous avez un fixe avec le­quel il peut faire son­ner son té­lé­phone. « Et mon pull beige, je le fais son­ner aus­si ? » Non, il est dans la cor­beille de linge sale où tu l’as glis­sé après l’avoir por­té neuf jours d’af­fi­lée. « Et après tu t’étonnes que je ne re­trouve pas mes af­faires. » S’il te cherche, toi, il va te trou­ver…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.