PA­ROLES D’HOMMES : AIMENT-ILS SE FAIRE DRAGUER ?

Quand nous fai­sons le pre­mier pas, ça les fas­cine ou ça les fait fuir ?

Cosmopolitan (France) - - SOMMAIRE - Par Oli­vier Gay. Pho­to Flo­ren­cia Maz­za Ramsay.

Quand nous fai­sons le pre­mier pas, ça les fas­cine ou ça les fait fuir ? Par Oli­vier Gay.

UUne de mes plus belles ex­pé­riences, c’est une fille en soi­rée qui s’est in­crus­tée dans une conver­sa­tion que j’avais avec une amie, en di­sant « pas touche, je l’ai vu la pre­mière ». C’était di­rect mais drôle. On est re­par­tis en­semble. Mike, 32 ans Je suis avec ma femme de­puis sept ans. C’est elle qui m’a abor­dé pen­dant une fête de ma­riage. Elle al­lait se cher­cher un verre et a pro­po­sé de m’en rap­por­ter un. J’ai ac­cep­té, on a com­men­cé à dis­cu­ter, et je suis ra­vi qu’elle ait fait le pre­mier pas. À la base, je ne l’avais même pas re­mar­quée. Je dois être aveugle. An­to­ny, 30 ans

Ce que j’aime dans la sé­duc­tion, c’est le challenge. Alors, si je sens que c’est ga­gné d’avance, ça ne m’in­té­resse plus. Oui, c’est un peu pri­maire mais je suis un spor­tif et mon truc, c’est la com­pé­ti­tion ! Ga­briel, 31 ans Bien sûr que j’aime ça, je trouve ça cou­ra­geux.

Ça montre que la fille a du ca­rac­tère. Et si elle est ti­mide et qu’elle s’em­pêtre un peu… C’est en­core plus tou­chant. Théo, 29 ans Ça ne m’est fran­che­ment ja­mais ar­ri­vé. Pour moi, c’est de la scien­ce­fic­tion ! Mais j’ima­gine que ça doit être agréable. Lu­cas, 31 ans C’est moi qui ai dra­gué ma co­pine, du moins c’est ce que je croyais. Elle dis­cu­tait avec ses amies, je l’ai vue sor­tir une ci­ga­rette pen­dant que ses co­pines avan­çaient dans la rue, alors j’en ai pro­fi­té pour l’abor­der et lui pro­po­ser du feu. En­suite, elle m’a ex­pli­qué qu’elle avait tout cal­cu­lé et qu’elle avait de­man­dé à son groupe de par­tir sans elle… Mouais. Je main­tiens quand même que c’est moi qui ai fait le pre­mier pas ! Phi­lippe, 33 ans « Tu viens, on s’en va ! » J’avoue que, quand la fille avec la­quelle j’avais dan­sé dix mi­nutes tout au plus m’a ba­lan­cé ça en me ti­rant par le bras,

je n’ai pas hé­si­té très long­temps. Et je n’ai pas re­gret­té. Hu­go, 29 ans

J’adore quand c’est fait de ma­nière dé­li­cate, genre la fille qui te sou­rit de l’autre bout de la pièce, sou­tient ton re­gard, joue avec ses che­veux. Je trouve ça sen­suel. La drague, si c’est sub­til des deux cô­tés, c’est vrai­ment ex­ci­tant. Maël, 28 ans

Ça m’ar­rive as­sez sou­vent.

J’ai be­soin de ça pour me sen­tir bien dans ma peau, bien dans mon corps. Lors­qu’au­cune fille ne fait at­ten­tion à moi, j’ai l’im­pres­sion d’être moche et ba­nal, trans­pa­rent. Luc, 25 ans

Tin­der c’est fa­cile, OK. Mais y a quand même un mo­ment où il faut pas­ser à l’ac­tion. Et quand vous êtes très ti­mide… La fa­ci­li­té dé­con­cer­tante avec la­quelle El­sa m’a pro­po­sé de la suivre chez elle me l’a im­mé­dia­te­ment ren­due très très sym­pa­thique.

Vous sa­vez quoi ? De­puis, je l’ai épou­sée.

Mar­tin, 41 ans Ça me dé­sta­bi­lise. J’ai l’im­pres­sion d’être une proie quand une fille me tourne au­tour, je pré­fère prendre les de­vants. Eh oui, l’homme est une pe­tite chose par­fois ! Flo­rian, 34 ans

Un jour, une cer­taine Ch­loé m’a en­voyé des fleurs au bu­reau avec son 06. J’ai hal­lu­ci­né – mes col­lègues aus­si, ils m’ont bien char­rié – , mais ça m’a don­né en­vie d’ap­pe­ler. On s’était croisés chez un pote et elle lui avait de­man­dé où je bos­sais, tout sim­ple­ment. Le soir même je l’ai con­tac­tée, on a pris un verre et c’était par­ti. Max, 32 ans

Se faire draguer, oui, quand c’est bien fait ! La der­nière fois, une fille a en­voyé sa meilleure amie pour me de­man­der si sa co­pine me plai­sait… J’ai eu l’im­pres­sion de re­ve­nir au col­lège, ça m’a re­froi­di. Ju­lien, 33 ans

Je suis le chan­teur d’un groupe qui com­mence à être connu, alors j’ai des grou­pies. Cer­taines n’ont pas l’air de me croire quand je leur dis que je suis en couple ET fi­dèle. L’une d’elles m’a même lan­cé : « C’est pas grave, je ne suis pas ja­louse ! » Du coup, je com­prends ce que vivent les filles au quo­ti­dien, c’est usant. An­toine, 24 ans Tout dé­pend de l’en­droit et de mon état d’es­prit. Quand je suis en soi­rée, ou glo­ba­le­ment dis­po­nible, je trouve ça at­ti­rant. Mais la fois où ça m’est ar­ri­vé alors que je n’avais pas du tout la tête à ça – je ve­nais de me faire lour­der –, c’est com­plè­te­ment tom­bé à plat. An­to­nin, 28 ans

J’adore ça, mais je trouve qu’en France les femmes n’osent pas ! J’ai ha­bi­té à New York, à Ber­lin et à Londres, et là-bas elles font beau­coup plus sou­vent le pre­mier pas, et de ma­nière plus na­tu­relle. Yann, 35 ans

Après une fête chez des co­pains, je des­cends une pou­belle. Il est 2 heures du ma­tin quand, de­vant le lo­cal, une jo­lie brune aper­çue quelques heures plus tôt, éga­le­ment pou­belle à la main, me dit droit dans les yeux : « On dîne en­semble de­main soir ? » Si je di­sais que ça ne m’a pas es­to­ma­qué, je men­ti­rais. Et pour­tant, j’ai bal­bu­tié : « Bien sûr, 21 heures ? » On a échan­gé nos nu­mé­ros, et le len­de­main on a échan­gé des bai­sers. Di­mi­tri, 36 ans

Me faire draguer, OK, mais pas me faire of­frir un verre. J’au­rais l’im­pres­sion de me sen­tir re­de­vable. Tant pis si je passe pour un ours. Adrien, 23 ans

J’ai tou­jours cru que j’ado­re­rais me

faire draguer, et quand ça m’est ar­ri­vé, ça a été une ca­tas­trophe. La fille ne me plai­sait pas, j’ai été obli­gé de re­fu­ser ses avances, et je n’ai sans doute pas été très di­plo­mate car elle avait les larmes aux yeux. Je ne sup­porte pas de faire de la peine aux gens. Jean, 34 ans

Bien sûr qu’on aime se faire draguer. Dans tous les cas, c’est très flat­teur… Et quand ça se passe de­vant mes potes, c’est en­core mieux ! Ilian, 26 ans

Je suis de la vieille école et je l’as­sume : pour moi, c’est à l’homme d’abor­der

les femmes. Alors quand une fille vient vers moi, j’ai l’im­pres­sion d’avoir mal fait mon job, d’être at­teint dans ma mas­cu­li­ni­té… C’est peut-être ab­surde, mais c’est plus fort que moi. Brice, 38 ans

C’est si rare que mon pre­mier ré­flexe, c’est de me dire : « Pour­quoi moi ? Qu’est-ce qu’elle me veut ? » Je suis tel­le­ment éton­né que je peux de­ve­nir li­mite désa­gréable. Nico, 27 ans

Me faire draguer « ou­ver­te­ment », je ne sais pas, mais j’aime bien quand une fille en­voie des si­gnaux pour mon­trer qu’elle est in­té­res­sée. Con­trai­re­ment à ce qu’on dit, ce n’est pas si dif­fi­cile à dé­co­der, et c’est su­per sexy. Jean-Yves, 26 ans

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.