On s’in­ter­roge

Cosmopolitan (France) - - OUPS ! JE L’AI TROMPÉ… -

Si on zappe cette étape, il y a toutes les chances que le « Oups ! je l’ai trom­pé » se trans­forme en « Oops ! I did it again », au­tre­ment dit je l’ai re­trom­pé, sur un air de Brit­ney Spears. Pour évi­ter ce­la, on re­passe le film. Ce pas de cô­té est-il lié à notre couple ? Pour Nel­ly, c’était le cas : « J’ai com­pris dès que je suis sor­tie de la voi­ture dans la­quelle je ve­nais de trom­per Bru­no que c’était une forme de ven­geance. Je ve­nais de perdre mon beau-père de qui j’étais très proche, Bru­no avait pas­sé des heures à me re­gar­der pleu­rer sans ré­agir. Je m’étais sen­tie très seule dans cette épreuve, et en le trom­pant je lui fai­sais payer son at­ti­tude. » Et puis par­fois, ça n’a rien à voir avec nous : « Pour moi, al­ler cher­cher ailleurs, c’est signe de ma­laise dans le couple, se sou­vient Ma­non. Avec Da­vid, c’était par­fait, har­mo­nieux. Alors je ne me suis pas mé­fiée des ten­ta­tions… Jus­qu’à ce fes­ti­val où je passe deux jours très chauds avec un tech­ni­cien son. Je me suis de­man­dé ce qui me man­quait dans ma re­la­tion pour que j’ar­rive à ne pas pen­ser à mon mec pen­dant 48 heures. J’ai eu ma ré­ponse : les dé­buts. Les pa­pillons, le corps in­con­nu… J’avais vé­cu tout ça in­ten­sé­ment. Est-ce que je vou­lais me re­mettre à sé­duire ou construire une re­la­tion ? J’ai mis d’un cô­té tous ces pre­miers ins­tants ma­giques, et de l’autre la com­pli­ci­té, les pro­jets, les sou­ve­nirs… J’ai choi­si de res­ter avec Da­vid. Et le pi­ment, je vais es­sayer de l’in­suf­fler au­tre­ment, dans mon couple. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.