LE RE­TOUR DE L’EXECUTIVE WO­MAN

Bla­zer, pan­ta­lon, der­bys et ta­blette glis­sée dans la po­chette, voi­ci la sil­houette de la ren­trée.

Cosmopolitan (France) - - SOMMAIRE - Par So­phie Billaud

Bla­zer, pan­ta­lon, der­bys et ta­blette glis­sée dans la po­chette, voi­là la sil­houette de la ren­trée. Par So­phie Billaud.

1. L’au­then­tique

De­mi Moore dans « Har­cè­le­ment », Ca­lis­ta Flock­hart dans « Al­ly McBeal » ou Mi­ran­da Hobbes dans « Sex and the Ci­ty », vous vous sou­ve­nez ? Épau­lettes mar­quées, col­liers de perles et sti­let­tos ver­ti­gi­neux : l’ori­gine du style executive wo­man. On aime. Cette femme fa­tale au ca­rac­tère d’acier, pleine d’as­su­rance. On évite. Le pre­mier de­gré avec che­ve­lure crê­pée, tailleur gris et perles aux oreilles, trop mar­qué 80’s.

2. L’au­da­cieuse

Avec elle, pas ques­tion de voir la vie en gris, mais plu­tôt en im­pri­més fleu­ris, psy­ché­dé­liques ou géo­mé­triques. La te­nue reste la même – pan­ta­lon et bla­zer –, mais la fa­çon de l’abor­der change tout. On aime. Son peps et sa fan­tai­sie qui trans­forment un cos­tume clas­sique en en­semble frais et ten­dance. On évite. Le bla­zer fleu­ri avec le pan­ta­lon psy­ché : trop d’ori­gi­na­li­té tue l’ori­gi­na­li­té !

3. La pink po­wer

De­puis quelques sai­sons, cette cou­leur gir­ly s’af­fiche comme la plus ten­dance et mi­li­tante du dres­sing. Un exemple ? La marche an­ti-Trump aux États-Unis, où les femmes ont ma­ni­fes­té coif­fées de « pus­sy hats » roses. Et cet hi­ver, même la wor­king girl est conquise par la pink at­ti­tude. On aime. La dé­cli­nai­son des roses nude, pas­tel, sho­cking qui ap­portent une touche de fraî­cheur aux bla­zers et pan­ta­lons. On évite. La mi­ni­jupe rose fluo as­so­ciée à un bla­zer de la même cou­leur, trop « Bar­bie va au bu­reau ».

4. La mi­ni­ma­liste

Sa de­vise ? « Less is more. » Pas de chi­chi ni d’ex­cen­tri­ci­té, son style va à l’es­sen­tiel : bla­zer, che­mise, pan­ta­lon dans des co­lo­ris gris, beige, nude ou bleu ma­rine. On aime. Les lignes pures et gra­phiques qui boostent son élé­gance. On évite. Les pièces trop simples et sans formes. On pri­vi­lé­gie plu­tôt des ma­tières au tom­bé ni­ckel comme la vis­cose, le Néo­prène ou le tweed.

5. L’avant-gar­diste

Un trench clas­sique et une jupe crayon ? Pas pour elle ! Avec sa vi­sion 4.0 de la mode, elle aime twis­ter les styles et les vê­te­ments. Manches XXL ou trench cein­tu­ré au ni­veau des ge­noux : ça, c’est son truc. On aime. Sa fa­çon de trans­for­mer n’im­porte quel ba­sique en pièce contem­po­raine. On évite. Les as­so­cia­tions trop dé­lu­rées, comme le trench en mou­moute avec la jupe en PVC, ou le tailleur-pan­ta­lon en vi­nyle co­rail.

6. La bri­tish

Tout droit sor­tie de la Ci­ty, on la re­con­naît à son al­lure vin­tage et ses im­pri­més pied-de-poule, pied-de-coq, prince-de­galles ou tar­tan. On aime. Son at­ti­tude qui mixe le style ré­tro avec une al­lure aris­to. On évite. D’imi­ter Thier­ry Lher­mitte dans « le Père Noël est une or­dure », avec un to­tal look à car­reaux as­sor­ti au ca­na­pé du sa­lon.

7. L’ur­baine

Dif­fi­cile d’échap­per à la ten­dance street­wear, même pour une executive wo­man ac­cro au com­bo ves­te­pan­ta­lon. D’au­tant qu’une paire de bas­kets, une cas­quette ou une ba­nane twistent le look avec style. On aime. La pe­tite touche – un sweat sous la veste par exemple – qui rac­croche à la ten­dance du mo­ment. On évite. Le trio in­fer­nal bas­kets-cas­quette-ba­nane : c’est vrai­ment trop.

8. La won­der wo­man

Ses maxi-épau­lettes ri­va­lisent avec la car­rure mas­cu­line et ses ta­lons ai­guilles al­longent sa sil­houette. On aime. Son al­lure vic­to­rieuse et com­ba­tive. On évite. De trop for­cer sur les épau­lettes, au risque de res­sem­bler à une hé­roïne de « Dal­las ».

9. La pro­vo­cante

Ul­tra sé­duc­trice, elle aime as­seoir son pou­voir en in­ti­mi­dant son pu­blic. Dé­col­le­té, jupe en cuir, col­lant ré­sille, top trans­pa­rent, sti­let­tos sont les bases de son look. On aime. Son look de de femme sur­puis­sante et fé­mi­nine. On évite. Le too much ! Une seule pièce sexy suf­fit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.