Le film de Mé­la­nie Laurent.

C’est l’ac­teur in­con­tour­nable du ci­né­ma fran­çais ! Il ex­plore avec ta­lent les ver­tiges de la pas­sion dans « Plonger »,

Cosmopolitan (France) - - LE CHOUCHOU - Par Flo­rence TrŽ­dez

Le titre, « Plonger », lui va comme un gant. Gilles Lel­louche, 45 ans, le beau gosse mus­clé, adore sau­ter à pieds joints dans l’in­con­nu. Son kif ? La re­mise en ques­tion per­ma­nente. « Gé­rer ma pe­tite bou­tique, en m’in­quié­tant pour mon image, me dé­goûte, confie-t-il cha­leu­reu­se­ment au té­lé­phone (il est en tour­nage à Brest, ndlr). Être un ac­teur pan­tou­flard se­rait en contra­dic­tion to­tale avec ce mé­tier. J’aime avoir le trac, c’est un mo­teur for­mi­dable. » De ses dé­buts comme réa­li­sa­teur de clips, jus­qu’à la sor­tie, en 2018, de son deuxième long-mé­trage, « le Grand Bain », avec Amal­ric, Ca­net, Poel­voorde, le p’tit gars de Sa­vi­gny-sur-Orge, mon­té à Pa­ris sans connaître per­sonne dans le mi­lieu du ci­né­ma, s’est tou­jours je­té à l’eau pour pro­gres­ser. Un cô­té rock star, risque-tout, chez ce fan de Prince et PNL. On n’est donc pas éton­né de le voir ex­cel­ler dans un rôle in­ha­bi­tuel, en de­mi­teintes, dans le troi­sième

Son style : « Mon profil ne me per­met pas d’être ex­cen­trique. De toute fa­çon, j’ai des goûts as­sez clas­siques : cos­tume Acne bien cou­pé, man­teau, pan­ta­lon, chaus­sures. » Son pre­mier bai­ser de ci­né­ma : « Pour mon pre­mier court-mé­trage, avec Léa Dru­cker. Un bai­ser, c’est très in­ti­mi­dant car on ne triche pas. » Son dé­faut : Son ac­tu : « Plonger », de Mé­la­nie Laurent, avec Ma­ria Val­verde, en salle le 29 no­vembre.

film de Mé­la­nie Laurent. Il y in­carne Cé­sar, ex-re­por­ter de guerre par­ti sur les traces de Paz, sa femme, dis­pa­rue après avoir ac­cou­ché de leur en­fant. « J’ai tou­jours eu une af­fec­tion pro­fonde pour les per­son­nages d’hommes plus amou­reux qu’ils ne sont ai­més. Dans la vie, ça m’est ar­ri­vé aus­si. » Après « le Sens de la fête », où il joue un chan­teur de ma­riage à la fois pa­thé­tique et tou­chant, l’ac­teur dé­voile en­core des fa­cettes in­édites. Der­rière le cô­té grande gueule, tout en muscles et en poils, l’ami­tié vi­rile avec Jean Du­jar­din, on de­vine des failles, un ro­man­tisme, une sen­si­bi­li­té… très chou­chou. Cette nou­velle pro­fon­deur, il la doit aux réa­li­sa­trices. « Elles viennent me cher­cher pour des rôles dif­fé­rents. » Comme Jeanne Her­ry (« Elle l’adore »), qui lui a confié ce­lui, sur­pre­nant, d’un homme-parent d’ac­cueil pour les en­fants en at­tente d’adop­tion, et avec qui il tourne ac­tuel­le­ment. « En­tou­ré de femmes et de co­pines », l’ac­teur, pa­pa d’une pe­tite fille de 8 ans, née de sa re­la­tion avec Mé­la­nie Dou­tey, son ex, se dé­fi­nit comme « ab­so­lu­ment fé­mi­niste ». Et se fé­li­cite des ré­vé­la­tions en cas­cade sur l’af­faire Har­vey Wein­stein. « Les car­cans ex­plosent, je pense qu’on est à la veille d’un chan­ge­ment so­cié­tal pro­fond », dit ce­lui qui avait dé­jà dé­non­cé en 2016 le ma­chisme du ci­né­ma dans la presse. Mo­derne, sen­sible, plein d’hu­mour, Gilles Lel­louche, dé­ci­dé­ment, a tout bon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.