Mé­tier : Dé­lé­gué à la pro­tec­tion des don­nées

Le mé­tier de dé­lé­gué à la pro­tec­tion des don­nées est une évo­lu­tion de ce­lui de correspondant in­for­ma­tique et li­ber­tés (Cil). Avec la mise en place du rè­gle­ment eu­ro­péen sur la pro­tec­tion des don­nées, d’ici mai 2018, cer­taines en­tre­prises* au­ront l’obli­gat

Courrier Cadres - - SOMMAIRE - Par In­no­cen­tia AGBE.

TÂCHES Contrôle et conseil

La prin­ci­pale tâche du dé­lé­gué à la pro­tec­tion des don­nées ou da­ta pro­tec­tion of­fi­cer (DPO) est de s’as­su­rer que l’or­ga­nisme pour le­quel il tra­vaille res­pecte le rè­gle­ment eu­ro­péen sur la pro­tec­tion des don­nées. “Nous le fai­sons en ob­ser­vant, ana­ly­sant,

conseillant, mais nous ne dé­ci­dons pas”, ex­plique Bru­no Rasle, dé­lé­gué gé­né­ral de l’AFCDP (As­so­cia­tion fran­çaise des cor­res­pon­dants aux don­nées per­son­nelles). Une po­si­tion par­ti­cu­lière. “Il a un rôle de contrôle et comme il doit co­opé­rer avec la Cnil, il peut de­ve­nir un lan­ceur d’alerte. Ce­la at­teste de la sen­si­bi­li­té

du su­jet”, ex­plique Isa­belle Can­te­ro, avo­cate au sein du ca­bi­net Ca­prio­li & As­so­ciés (spé­cia­li­sé dans le droit des nou­velles tech­no­lo­gies, de l’in­for­ma­tique et de la com­mu­ni­ca­tion) et ad­mi­nis­tra­teur de l’AFCDP. Ce­pen­dant comme le rap­pelle la Cnil, “le rè­gle­ment pré­voit que le dé­lé­gué ne peut être re­le­vé de ses fonc­tions ou pé­na­li­sé […] pour l’exer­cice de ses mis­sions”.

COL­LA­BO­RA­TION Cap vers les di­rec­tions

“C’est une fonc­tion très trans­verse, c’est l’un des as­pects les plus in­té­res­sants”, dé­ve­loppe Bru­no Rasle. Le dé­lé­gué tra­vaille avec toutes les di­rec­tions mé­tiers : com­mer­ciale, mar­ke­ting, res­sources hu­maines… en fonc­tion de l’en­tre­prise. “Nor­ma­le­ment, il est en contact avec le Co­mex car il est cen­sé rap­por­ter au ni­veau hié­rar­chique su­pé­rieur”, ex­plique Isa­belle Can­te­ro.

AC­CÈS AU MÉ­TIER L’obli­ga­tion de se for­mer

“Ce ne se­ra plus pos­sible d’oc­cu­per ce mé­tier sans une for­ma­tion suf­fi­sam­ment étof­fée”, ex­plique Isa­belle Can­te­ro. Il existe plu­sieurs for­ma­tions longues, à l’image de celle pro­po­sée par l’Uni­ver­si­té Pan­théon-As­sas de­puis 2017 et qui s’ef­fec­tue sur un an.

SA­LAIRE Af­faire à suivre

Con­cer­nant la ré­mu­né­ra­tion d’un dé­lé­gué à la pro­tec­tion des don­nées per­son­nelles, il est pour l’ins­tant dif­fi­cile de four­nir un ordre d’idées. “Par le pas­sé, nous avions conduit des en­quêtes au­près de la Cnil mais mal­heu­reu­se­ment les ré­sul­tats ne nous ap­pre­naient pas grand chose car le sa­laire était sou­vent ce­lui du poste pré­cé­dent. Il y a avait des écarts consi­dé­rables. C’est en train de chan­ger”, ex­plique le dé­lé­gué gé­né­ral de l’AFCDP.

COM­PÉ­TENCES De la tech­nique et du ju­ri­dique

Le mé­tier de­mande des connais­sances ju­ri­diques et tech­niques, à ce­la peuvent s’ajou­ter des connais­sances sec­to­rielles. Du cô­té de la tech­nique, il ne s’agit pas de sa­voir co­der. “Pour vé­ri­fier la sé­cu­ri­té des don­nées, le dé­lé­gué à la pro­tec­tion des don­nées doit être ca­pable de dis­cu­ter avec les col­lègues du ser­vice in­for­ma­tique pour com­prendre et chal­len­ger les ré­ponses”, pré­cise Bru­no Rasle.

ÉVO­LU­TION Al­ler vers du ma­na­ge­ment

Le dé­lé­gué peut mon­ter en hié­rar­chie, par exemple en cha­peau­tant un ré­seau d’autres dé­lé­gués si l’en­tre­prise a des fi­liales.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.