• Tra­vailler, lut­ter, mi­li­ter : le fonds Ci­né-ar­chives par Pau­line Gal­li­na­ri

De Ligne en Ligne - - Édito | Sommaire - Pau­line Gal­li­na­ri, maître de confé­rences en études ci­né­ma­to­gra­phiques à l’uni­ver­si­té Pa­ris 8

En lutte !

Dans les films, les tra­vailleurs ont une vé­ri­table conscience des en­jeux so­cié­taux au-de­là de leur seule ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle. Ils peuvent aus­si être mi­li­tants, au PCF ou à la CGT, et in­vi­ter les spec­ta­teurs à les re­joindre. Ce sont donc bien sou­vent des tra­vailleurs en lutte qui agissent dans les films, pour amé­lio­rer leurs condi­tions de tra­vail ou ré­sis­ter aux li­cen­cie­ments, en se mo­bi­li­sant lors de grèves, de ma­ni­fes­ta­tions ou d’oc­cu­pa­tions d’usine. L’ex­ploi­ta­tion est tou­jours dé­non­cée et l’éman­ci­pa­tion en­cou­ra­gée. Ce­pen­dant, le ré­cit et la to­na­li­té des films va­rient en fonc­tion des évo­lu­tions du pro­gramme du PCF : aux des­crip­tions de conquêtes so­ciales joyeuses du Front po­pu­laire s’op­posent celles, plus sombres, de la crise éco­no­mique des an­nées 1970-80. Ces tra­vailleurs mi­li­tants sont pla­cés au pre­mier plan pen­dant la guerre froide. En 1948, La Grande Lutte des mi­neurs re­late la grève des mi­neurs sous l’angle in­ter­na­tio­nal de l’af­fron­te­ment « bloc contre bloc » ; dans Vivent les do­ckers (Ro­bert Me­ne­goz, 1951) la di­men­sion an­ti­co­lo­nia­liste d’une grève me­née en 1950 en pleine guerre d’in­do­chine est sou­li­gnée.

D'autres com­bats

Si les films s’at­tachent à mon­trer les tra­vailleurs en tant que force col­lec­tive, unis au sein d’une même classe, ce­la n’em­pêche pas des éclai­rages sur cer­taines ca­té­go­ries. En 1964, une sé­quence du ma­ga­zine do­cu­men­taire Re­flets met en lu­mière les tra­vailleurs im­mi­grés et les femmes. Les Im­mi­grés en France : le lo­ge­ment (Ro­bert Boz­zi, 1970) alerte sur la si­tua­tion par­ti­cu­liè­re­ment dure des im­mi­grés vi­vant en ban­lieue pa­ri­sienne. Dans les an­nées 1970, les femmes s’af­firment en tant que mi­li­tantes : Gran­din, les rai­sons d’une vic­toire (Nat Li­len­stein, 1975) re­vient, par exemple, sur la grève des ou­vrières de l’usine Gran­din de Mon­treuil pour em­pê­cher leur li­cen­cie­ment. À par­tir du mi­lieu des an­nées 1980, la pro­duc­tion ini­tiée par le PCF s’ame­nuise pour se re­cen­trer sur de la com­mu­ni­ca­tion au­dio­vi­suelle ; la ques­tion du tra­vail est alors es­sen­tiel­le­ment abor­dée, par les res­pon­sables po­li­tiques, dans des clips de cam­pagne. Le quo­ti­dien pro­fes­sion­nel ou les mou­ve­ments so­ciaux res­tent tou­te­fois ré­gu­liè­re­ment fil­més par les mi­li­tants ci­néastes ama­teurs : c’est le cas des che­mi­nots cé­gé­tistes du Centre de main­te­nance de Saint-pierre-des-corps qui réa­lisent Images de lutte pen­dant les grèves de l’hi­ver 1995. Ce bref tour d’ho­ri­zon du fonds Ci­né-ar­chives ne sau­rait évi­dem­ment être ex­haus­tif. Thé­ma­tique cen­trale, le monde du tra­vail s’in­carne dans des films très di­vers dont l’in­té­rêt est à la fois do­cu­men­taire, po­li­tique et his­to­rique. L’as­so­cia­tion Ci­né- Ar­chives conserve et va­lo­rise le fonds au­dio­vi­suel du Par­ti com­mu­niste fran­çais et du mou­ve­ment ou­vrier. Avec plus de 1 500 titres, cou­vrant une pé­riode qui s’étend des an­nées 1920 à au­jourd’hui, ce fonds ras­semble à la fois des longs et des courts mé­trages, des rushes, des fic­tions, des do­cu­men­taires, des émis­sions té­lé­vi­sées. C’est le ré­sul­tat d’un pro­jet ci­né­ma­to­gra­phique et au­dio­vi­suel ini­tié par le PCF, et mis en oeuvre de­puis l’entre-deux-guerres par le PCF lui­même, par les or­ga­ni­sa­tions lui étant proches, ain­si que par des mi­li­tants ci­néastes ama­teurs. Ces films peuvent être dé­cou­verts grâce à une col­lec­tion de livres-dvd édi­tés par Ci­né-ar­chives : le der­nier pu­blié, Grands soirs et beaux len­de­mains, porte sur la guerre froide. Par ailleurs, de nom­breux titres sont vi­sion­nables gra­tui­te­ment sur le site de Ci­néAr­chives ci­near­chives.org

Conçu pour sus­ci­ter des ac­tions de so­li­da­ri­té en fa­veur des mi­neurs en lutte (dons, ac­cueil des en­fants de gré­vistes), La Grande Lutte des mi­neurs fut in­ter­dit, suite à l'ar­rê­té du 6 dé­cembre 1948 qui sou­met­tait les films non-com­mer­ciaux à une cen­sure...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.