LA CONGRÉGATION DE JÉ­SUS-MA­RIE :

DES SOEURS À L’OEUVRE

Detours en France - - Secrets Religieux -

Le bâ­ti­ment donne sur le par­vis der­rière la ba­si­lique de Four­vière, avec ses cars de tou­ristes, sa sor­tie du fu­ni­cu­laire, son ac­cor­déo­niste de rue et sa foule des grands jours. Pro­té­gées de cette agi­ta­tion par une haute double porte en bois, les onze soeurs de la congrégation de Jé­sus-ma­rie me­surent à chaque ins­tant le pri­vi­lège de vivre dans cet édi­fice hors du temps. Le dé­cor? Un vaste jar­din po­ta­ger et frui­tier (lieu im­pro­bable en pleine ville), une vé­né­rable mai­son aux vieilles pierres po­lies par l’usure, des to­mettes au sol, des toiles ci­rées sur les tables, une cha­pelle… Comme une pause dans la tour­mente de la vie.

QUI TIENT LA JEU­NESSE, TIENT L’AVE­NIR La congrégation est une de ces ins­ti­tu­tions édu­ca­tives chré­tiennes dont Lyon re­gorge, aux cô­tés des ma­ristes, des la­za­ristes, des frères du Sa­cré­coeur, des ur­su­lines, des jé­suites… Fon­dée en 1818 par la re­li­gieuse lyon­naise Clau­dine Thé­ve­net – connue sous le nom de mère Ma­rie-sain­ti­gnace, d’où le terme d’igna­ciennes pour dé­si­gner les membres – afin de ve­nir en aide aux en­fants aban­don­nés, la congrégation de Jé­sus-ma­rie a es­sai­mé dans le monde jus­qu’à pos­sé­der au­jourd’hui 569 écoles (dont 2 en France, dans les Vosges) et en­sei­gner à plus de 100 000 élèves. « Nous sommes pré­sents en Inde, au Pa­kis­tan, aux Phi­lip­pines, en In­do­né­sie et même en Sy­rie. Dans ce der­nier pays, notre mis­sion prend une autre di­men­sion, en rai­son du conflit, et nous ai­dons la po­pu­la­tion à se ré­in­sé­rer, à re­cons­truire. C’est d’abord une mis­sion hu­maine, le pro­sé­ly­tisme n’est pas notre vo­ca­tion », sou­tient soeur Jo­siane, di­rec­trice du foyer pour étu­diantes. Une mis­sion par­fois dé­li­cate, la congrégation ayant été ex­pul­sée de Cu­ba, d’al­gé­rie, de Gui­née Équa­to­riale…: « Nous sommes très connues pour l’édu­ca­tion que nous don­nons. Mais qui tient la jeu­nesse, tient l’ave­nir ! Et dans cer­tains pays, ce n’est pas ac­cep­table », éclaire soeur Au­ro­ra, la re­li­gieuse es­pa­gnole res­pon­sable de la com­mu­nau­té. 2018, AN­NÉE DU BICENTENAIRE Les 1 200 membres de la congrégation sont di­ri­gées par une mai­son gé­né­ra­lice, à Rome. Lyon est le siège de la mai­son pro­vin­ciale d’eu­rope (hors Es­pagne et Ir­lande) et du Moyen-orient et abrite aus­si un foyer pour étu­diantes : « Les fa­milles ap­pré­cient ; nous sommes un es­pace de li­ber­té dans un cadre sé­cu­ri­sant », dit soeur Jo­siane. La congrégation a beau dé­te­nir un pa­tri­moine in­es­ti­mable sur cette col­line de Four­vière, elle ne semble pas rou­ler sur l’or et a dû vendre un bien en ville pour fi­nan­cer des ré­no­va­tions dans la mai­son pro­vin­ciale. S’ajoute une pé­nu­rie de vo­ca­tions. « Notre no­vi­ciat est à Ma­drid… avec deux soeurs seu­le­ment. Nous avons un sou­ci de re­nou­vel­le­ment et notre sa­lut est de faire ap­pel à des laïques », re­grette soeur Au­ro­ra. Cette an­née, la congrégation fête son bicentenaire. En oc­tobre, elle or­ga­nise à Lyon un sym­po­sium sur l’édu­ca­tion, avec une ren­contre in­ter­na­tio­nale de tous ses membres. Car oui, l’ins­ti­tu­tion est ver­sée dans les pro­blèmes de son temps.

En­tou­rant leur di­rec­trice, soeur Au­ro­ra : soeur Agnès Ma­ria (à gauche) et soeur Jo­siane. De­puis sa fon­da­tion, le 6 oc­tobre 1818, la congrégation se consacre à l’édu­ca­tion des jeunes. Éta­blie d’abord à la Croix­rousse et, de­puis 1820, à Four­vière, l’oeuvre de la Lyon­naise Clau­dine Thé­ve­net (1774-1837) est pré­sente par­tout dans le monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.