Édi­to­rial

Diplomatie - - Éditorial - Par Téa Ka­tu­kia

Pour l’ave­nir de l’équi­libre in­ter­na­tio­nal dans son en­semble, et ce­lui du con­tinent eu­ro­péen en par­ti­cu­lier, l’évo­lu­tion de la Rus­sie et de ses rap­ports avec le reste du monde conti­nue de jouer un rôle dé­ter­mi­nant. La guerre en Sy­rie et le conflit en Ukraine ont consi­dé­ra­ble­ment mo­di­fié les re­la­tions entre l’OTAN et la Fé­dé­ra­tion de Rus­sie. Celles-ci semblent être re­ve­nues à un ni­veau proche de ce­lui de la guerre froide, en trou­vant en Mé­di­ter­ra­née et en Eu­rope le ter­rain na­tu­rel de cette nou­velle confron­ta­tion. L’in­té­gra­tion dis­crète du Mon­té­né­gro dans l’OTAN, mal­gré la vive op­po­si­tion de Mos­cou et la me­nace de re­pré­sailles, rend dé­sor­mais l’or­ga­ni­sa­tion de l’At­lan­tique Nord maître de tout le lit­to­ral nord de la Mé­di­ter­ra­née, de Gi­bral­tar à la fron­tière tur­co-sy­rienne. Une si­tua­tion qui tend un peu plus les re­la­tions avec la Rus­sie, qui dé­sor­mais en­tend pe­ser mi­li­tai­re­ment sur ce même es­pace ma­ri­time via sa base na­vale de Tar­tous en Sy­rie, ca­pable de faire mouiller en même temps des na­vires de pre­mier (croi­seurs ou des­troyers) et de deuxième rang (fré­gates ou em­bar­ca­tions de dé­bar­que­ment).

Au-de­là des ten­sions entre Russes et Amé­ri­cains dans les Bal­kans, l’hy­po­thèse d’une guerre hy­bride our­die par Mos­cou dans les pays baltes, où ré­side une forte mi­no­ri­té rus­so­phone, consti­tue une source de pré­oc­cu­pa­tion ma­jeure pour la sé­cu­ri­té du con­tinent eu­ro­péen.

L’UE pos­sède en­vi­ron 2500 km de fron­tières com­munes avec la Rus­sie, fron­tières que l’on dit conve­na­ble­ment sé­cu­ri­sées. Ce­pen­dant, se trouvent aux fron­tières de l’Union deux ter­ri­toires sur­ar­més où la pré­sence mi­li­taire russe in­quiète de plus en plus : l’en­clave de Ka­li­nin­grad et la Trans­nis­trie. De­puis peu, la base de Ka­li­nin­grad (fron­ta­lière de la Po­logne et de la Li­tua­nie) est équi­pée de mis­siles nu­cléaires Is­kan­der, consti­tuant de fait une me­nace concrète pour la ré­gion.

S’il n’existe pas, a prio­ri, de risque éle­vé de confron­ta­tion mi­li­taire di­recte entre l’Eu­rope et la Rus­sie, il n’en de­meure pas moins vrai que le bras de fer se trouve du­ra­ble­ment en­ga­gé. La re­lance du pro­jet de dé­fense eu­ro­péenne des­ti­né à en­cou­ra­ger la re­cherche mi­li­taire entre les pays membres de l’UE, puis, à terme, le dé­ve­lop­pe­ment et l’ac­qui­si­tion d’ar­me­ments eu­ro­péens, té­moigne d’une prise de conscience sa­lu­taire, au mo­ment même où les dé­cla­ra­tions du nouveau pré­sident amé­ri­cain font dé­sor­mais dou­ter sur la ca­pa­ci­té de l’OTAN à réel­le­ment as­su­rer la sé­cu­ri­té de ses États membres.

(© Shut­ter­stock/Bel­kaG)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.