PEUT- ON FAIRE ENDORMIR LES NOUR­RIS­SONS AVEC UN CASQUE ?

Doolittle - - La Récré -

La pra­tique est plus ré­pan­due qu’on ne le croit. Se­lon une étude da­tant de l’an der­nier, 10 % des enfants de moins de deux ans s’en­dor­mi­raient avec un casque au­dio, et une ber­ceuse dans les oreilles. Une fo­lie, se­lon Jean-Mi­chel Klein, mé­de­cin ORL et pré­sident du syn­di­cat na­tio­nal des mé­de­cins ORL. “De zé­ro à deux ans, l’oreille est en pleine cons­truc­tion. C’est à cet âge-là qu’elle de­vient ac­tive et fonc­tion­nelle sur le plan phy­sio­lo­gique. L’en­vi­ron­ne­ment so­nore na­tu­rel est alors pri­mor­dial pour l’en­fant. Une porte qui se ferme, une dis­cus­sion entre ses pa­rents... Ce sont ces pe­tits bruits qui vont ai­der à la cons­truc­tion de son cer­veau. En pla­çant un casque sur les oreilles d’un bam­bin, les pa­rents re­tirent ces bruits qui sont pour­tant in­dis­pen­sables.” Et les risques en­cou­rus ne sont pas ano­dins. “Face à cette si­tua­tion, les très jeunes enfants ne peuvent pas se dé­fendre. Ils fi­nissent par s’ha­bi­tuer. En gran­dis­sant, ils cher­che­ront un son tou­jours plus fort. Le pre­mier risque est donc un vieillis­se­ment pré­ma­tu­ré de l’oreille. Des pro­blèmes d’au­di­tion pour­raient ap­pa­raître entre trente et qua­rante ans, au lieu de soixante-cinq ans ha­bi­tuel­le­ment.” Con­crè­te­ment, tout ce­la peut se tra­duire par une dis­tor­sion de sons, des sif­fle­ments, et même des gênes lors des conser­va­tions. Conclu­sion ? “C’est à par­tir de sept-huit ans qu’on peut mettre un casque aux enfants. À cet âge-là, ils ont ac­quis le lan­gage, ils vont à l’école. Les risques sont bien moindres.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.