VIE DON­NER YvesVille

Doolittle - - Power List -

On a fait sa dé­cou­verte, il y a quelques mois, dans un ar­ticle du Monde. Son pan­ta­lon taille haute, sa mèche, son sou­rire amu­sé, son noeud pa­pillon et cette pe­luche ac­cro­chée à sa main droite… À pre­mière vue, tout sem­blait in­di­quer que cet homme fai­sait pro­fes­sion d’amu­ser. Trop âgé pour faire du stand-up, était-il au­teur, chan­son­nier ou réa­li­sa­teur de co­mé­dies pince-sans-rire ? Et pu­puis nous avons com­men­cé à lire. Yves Ville, 54 ans, exerce un mé­tier on ne peut plus sé­rieux, qui lui vaut sou­vent d’être ap­pe­lé “pro­fes­seur”. Il est chi­rur­gien obs­té­tri­cien. À l’hô­pi­tal Ne­cker, à Pa­ris, il di­rige même, de­puis 2009, le ser­vice de gy­né­co­lo­gie-obs­té­trique. Au quo­ti­dien, Yves Ville

“En mé­de­cine foe­tale, rien n’est stan­dar­di­sé. C’est une ac­cu­mu­la­tion de cas sin­gu­liers.”

et son équipe opèrent in ute­ro des foe­tus at­teints de mal­for­ma­tions graves. Chaque an­née, 200 cas se pré­sentent au pro­fes­seur. Cha­cun est unique. “En mé­de­cine foe­tale, rien n’est stan­dar­di­sé, dit-il. C’est une ac­cu­mu­la­tion de cas sin­gu­liers, une dis­ci­pline en per­pé­tuelle mu­ta­tion.” Ain­si, le quo­ti­dien d’Yves Ville est fait d’une suite de di­lemmes tech­niques, scien­ti­fiques, bien sûr, mais sur­tout hu­mains. Comment an­non­cer à une femme, et son com­pa­gnon, que son bé­bé dé­ve­loppe une mal­for­ma­tion ? Comment l’ai­der à tran­cher par­mi les trois choix qui s’offrent à elle : avor­ter, ne rien faire ou ac­cep­ter une opé­ra­tion in ute­ro ? Sou­vent, les ma­mans de­mandent à Yves Ville ce qu’il fe­rait à leur place. Il ne sait pas. Comment sa­voir ? Il n’y a pas pire ques­tion que celle-là. “J’es­saie juste de pré­sen­ter les dif­fé­rents par­cours pos­sibles.” Avec hu­ma­ni­té, em­pa­thie. Mais aus­si avec cette éner­gie qui l’ha­bite, et le pousse tou­jours à cher­cher, in­ven­ter, in­no­ver. En quête du pro­chain mi­racle. “Ce qui me fait le plus peur, c’est de m’en­nuyer…” dit le pro­fes­seur Yves Ville. A prio­ri, le risque n’est pas énorme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.