IN­DIS­PEN­SABLE HÉ­LI­CO­PTÈRE LOURD

DSI - - [CH-53K KING STALLION] SPÉCIFICATIONS - J. H.

Le CH-53K de­vrait de­ve­nir l’hé­li­co­ptère le plus lourd du monde oc­ci­den­tal, mais le pro­gramme a ra­pi­de­ment été cri­ti­qué pour son coût : les pre­mières ma­chines de­vraient ain­si coû­ter, à l’uni­té, la ba­ga­telle de 122 mil­lions de dol­lars, que les Ma­rines es­pèrent pou­voir en­suite ra­me­ner à 89 mil­lions. De fac­to, avec une pro­duc­tion li­mi­tée à 200 exem­plaires, la sé­rie est courte, même au re­gard des stan­dards amé­ri­cains. Pour au­tant, les Ma­rines ne peuvent pas se per­mettre de faire l’im­passe sur le King Stal­lion : outre que les CH-53E ac­tuel­le­ment en ser­vice sont à bout de souffle, le mo­dèle am­phi­bie de Wa­shing­ton conti­nue de re­po­ser au­tant sur l’en­ve­lop­pe­ment ver­ti­cal que sur l’usage de barges sur cous­sins d’air et de cha­lands clas­siques. Or, im­pé­ra­tif de pro­tec­tion des vé­hi­cules fai­sant, les masses de­vant être dé­bar­quées ont évo­lué à la hausse : les Hum­vee de 2,67 t vont ain­si être rem­pla­cés par des JLTV… de 6,4 t. Au­tre­ment dit, la pres­sion sur les ca­pa­ci­tés de trans­port lourdes des Ma­rines ne fe­ra que s’ac­croître. Le MV-22B, avec 6,8 t sous élingue, re­pré­sente certes une évo­lu­tion ma­jeure par rap­port au CH-46 (4,5 t), mais les be­soins sont ex­po­nen­tiels. L’alour­dis­se­ment des vé­hi­cules est aus­si ce­lui de leur lo­gis­tique, qui bien sou­vent passe éga­le­ment par la voie aé­rienne…

La ques­tion, au de­meu­rant, se pose aus­si pour les autres forces armées : l’hé­li­co­ptère lourd connaît une réelle pro­li­fé­ra­tion, mais le CH-53K ap­pa­raît pour le mo­ment comme un out­si­der com­pa­ra­ti­ve­ment au CH-47, uti­li­sé par 19 pays. Et ce, quand bien même les ob­jec­tifs de charge utile en condi­tions hot and high du CH-47F ne sont pas at­teints, ce que doit pal­lier le Block 2 de l’ap­pa­reil à par­tir de 2023. C’est dès lors en Russie que l’al­ter­na­tive se si­tue, qu’il s’agisse du Mi-26 ou du fu­tur Ad­van­ced Hea­vy Lift (AHL) co­pro­duit avec la Chine. En Europe, le pro­jet d’hé­li­co­ptère lourd fran­co-al­le­mand, an­non­cé de­puis 2007, n’est plus évo­qué qu’épi­so­di­que­ment. De fait, si le be­soin est fré­quem­ment sou­li­gné en France, au­cun fi­nan­ce­ment n’a été dé­blo­qué. Ailleurs (Pays-bas, Royaume-uni, Ita­lie, Espagne, Grèce), c’est le CH-47 qui a rem­por­té les mar­chés. Quant à l’al­le­magne, uti­li­sa­trice his­to­rique du CH-53, elle compte bien les rem­pla­cer par un nou­veau type, mo­der­ni­sant d’abord ses ma­chines afin de conser­ver cette ca­pa­ci­té. Mais elle s’in­té­resse sur­tout au Chi­nook et au CH-53K. Air­bus He­li­cop­ters a certes fait part de son in­té­rêt pour une ma­chine lourde qui com­plé­te­rait sa gamme. Mais les États sont-ils prêts à payer ?

Le tri­tur­bine bé­né­fi­cie d’une trans­mis­sion com­plexe, dont la masse a dû être ac­crue pour aug­men­ter la fia­bi­li­té. (© Si­kors­ky)

Le CH-53K est le plus gros hé­li­co­ptère oc­ci­den­tal. (© Si­kors­ky)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.