EN­FANT VEGGIE MODE D’EM­PLOI

UNE DIÉ­TÉ­TI­CIENNE NOUS ÉCLAIRE

Esprit Veggie - - Sommaire - PAR ÉME­LINE BACOT, DIÉ­TÉ­TI­CIENNE-NU­TRI­TION­NISTE ET MEMBRE DE L’AVF

Qu’est-ce qu’une ali­men­ta­tion vé­gé­ta­rienne bien conçue? Et com­ment être sûr

qu’elle soit sans ca­rence pour des en­fants en pleine san­té?

Les be­soins de la nais­sance à l’âge adulte

LES NOUR­RIS­SONS ET LES EN­FANTS ONT DES BE­SOINS PAR­TI­CU­LIERS, BIEN DIF­FÉ­RENTS DE CEUX DES ADULTES. JUS­QU’À TROIS ANS, L’ALI­MENT DE BASE EST LE LAIT MA­TER­NEL. IL NE PEUT ET NE DOIT PAS ÊTRE REM­PLA­CÉ PAR UN LAIT NON ADAP­TÉ, QU’IL SOIT D’ORI­GINE ANIMALE OU VÉ­GÉ­TALE. QUAND L’AL­LAI­TE­MENT N’EST PAS POS­SIBLE, TOUR­NEZ-VOUS VERS DES LAITS INFANTILES SPÉ­CIA­LE­MENT CONÇUS POUR COU­VRIR LES BE­SOINS DES BÉ­BÉS, DE PRÉ­FÉ­RENCE BIO POUR LA QUA­LI­TÉ SA­NI­TAIRE DU PRO­DUIT, VÉ­GÉ­TA­RIENS (BÉ­BÉ MANDORLE) OU VE­GAN (PRÉMIRIZ).

À PAR­TIR DU 5E OU 6E MOIS, DÉ­BUTE LA DI­VER­SI­FI­CA­TION ALI­MEN­TAIRE : FRUITS, LÉ­GUMES ET YAOURTS, PUIS FA­RINES INFANTILES SANS GLU­TEN (FAVRICHON, BÉ­BÉ MANDORLE ET HIPP BIO­LO­GIQUE). AVANT D’IN­TRO­DUIRE UNE FA­RINE, TES­TEZ LES ÉVEN­TUELS ALI­MENTS PRÉ­SENTS DANS CELLE-CI (LÉ­GUMES ET AMANDE) AFIN D’ÉVI­TER TOUT RISQUE D’AL­LER­GIE ; OU BIEN TES­TEZ UNE TRÈS PE­TITE QUAN­TI­TÉ DE FA­RINE DANS UN PRE­MIER TEMPS ET AUGMENTEZ LA QUAN­TI­TÉ JOUR APRÈS JOUR. À PAR­TIR DU 7E MOIS, VOUS POU­VEZ IN­TRO­DUIRE LES FA­RINES INFANTILES CONTE­NANT DU GLU­TEN (BABYBIO, BÉ­BÉ MANDORLE, HOLLE), LES MA­TIÈRES GRASSES ET LES OEUFS. AT­TEN­DEZ NEUF MOIS POUR LES OLÉAGINEUX EN PU­RÉE (SAUF CA­CA­HUÈTES CAR PAR­TI­CU­LIÈ­RE­MENT AL­LER­GÈNES) ET LES LÉ­GU­MI­NEUSES.

À PAR­TIR DE TROIS ANS, L’EN­FANT MANGE COMME UN ADULTE, SEULES LES QUAN­TI­TÉS SONT DIF­FÉ­RENTES. DU­RANT L’EN­FANCE ET L’ADO­LES­CENCE LA CROIS­SANCE EST IM­POR­TANTE, C'EST POUR­QUOI UNE ALI­MEN­TA­TION ADAP­TÉE AS­SURE UN BON DÉ­VE­LOP­PE­MENT (MO­TEUR ET CÉ­RÉ­BRAL) ET UN BON CA­PI­TAL SAN­TÉ. IL FAUT ÊTRE VI­GI­LANT À L’AP­PORT EN PRO­TÉINES (QUI VA­RIE EN FONC­TION DU POIDS ET QUI EST LÉ­GÈ­RE­MENT PLUS ÉLE­VÉ QUE POUR UN ADULTE), EN CAL­CIUM (PLUS ÉLE­VÉ AUS­SI QUE POUR UN ADULTE), EN FER (SUR­TOUT POUR LES FILLES CAR IL Y A UNE PERTE EN FER DUE AUX MENSTRUATIONS).

Les risques de ca­rences

Vi­ta­mine B12, un risque De ca­rence réel

UNE CA­RENCE EN VI­TA­MINE B12 EN­TRAÎNE DES CONSÉ­QUENCES NEU­RO­LO­GIQUES GRAVES ET IR­RÉ­VER­SIBLES. IL EST DONC IN­DIS­PEN­SABLE DE SUPPLÉMENTER BÉ­BÉ (ET TOUT IN­DI­VI­DU VÉ­GÉ­TA­LIEN, OU VÉ­GÉ­TA­RIEN CONSOM­MANT PEU DE PRO­DUITS D’ORI­GINE ANIMALE) EN VI­TA­MINE B12 DÈS LE DÉ­BUT DE LA DI­VER­SI­FI­CA­TION ALI­MEN­TAIRE. SANS COM­PLÉ­MEN­TA­TION 92 % DES VÉGÉTALIENS SONT CARENCÉS. MAIS LES OMNIVORES NE SONT PAS À L’ABRI PUISQUE 11 % SE­RAIENT ÉGA­LE­MENT CARENCÉS SOU­VENT SANS MÊME S’EN DOU­TER.

Pro­téines, La Ca­rence est un mythe

DIS­PO­NIBLES PRIN­CI­PA­LE­MENT DANS LES LÉ­GUMES SECS, CÉ­RÉALES ET OLÉAGINEUX, AIN­SI QUE DANS LES PRO­DUITS LAI­TIERS (DONT LE LAIT MA­TER­NEL) ET LES OEUFS. LE BE­SOIN EN PRO­TÉINES DES EN­FANTS DE 0 À 3 ANS EST AS­SEZ FAIBLE : 10 G PAR JOUR EN­VI­RON. EN­SUITE IL ÉVO­LUE SE­LON LE POIDS : 0,85 À 0,9 G/KG/JOUR DE 4 À 12 ANS, PUIS 0,78 À 0,9 G/KG/JOUR JUS­QU’À 18 ANS. UNE RA­TION FA­CILE À OB­TE­NIR AVEC LES ALI­MENTS CI­TÉS PLUS HAUT. (CF. TA­BLEAU PLUS BAS). IL N’EST DONC PAS NÉ­CES­SAIRE DE SUPPLÉMENTER LES EN­FANTS EN PRO­TÉINES. IL N’EST PAS NON PLUS UTILE D'AS­SO­CIER CÉ­RÉALES ET LÉ­GU­MI­NEUSES AU MÊME RE­PAS POUR AVOIR DES PRO­TÉINES COM­PLÈTES.

Iode, Par Quoi Rem­pla­cer Les Fruits De mer ?

L’IODE EST UN OLI­GO-ÉLÉMENT QUI PAR­TI­CIPE À LA SYN­THÈSE DES HOR­MONES THYROÏDIENNES QUE L’ON RE­TROUVE PRIN­CI­PA­LE­MENT DANS LES PRO­DUITS DE LA MER. ON EN TROUVE AUS­SI DANS LE LAIT, LES OEUFS, LES ALGUES ET DANS LE SEL DE TABLE IODÉ (ILS NE SONT TOUS PAS IODÉS). IL EXISTE ÉGA­LE­MENT DES COM­PLÉ­MENTS SI L’AP­PORT ALI­MEN­TAIRE EST IN­SUF­FI­SANT : VEG1, VEGVIT, DEVA PRÉ­NA­TAL.

fer, De nom­breuses sources vé­gé­tales

LES LÉ­GUMES SECS, LE SON DES CÉ­RÉALES, LES LÉ­GUMES À FEUILLES VERT FON­CÉ, LES NOIX, CER­TAINS FRUITS SECS (ABRI­COTS, PRUNES, FIGUES) SONT DE TRÈS BONNES SOURCES DE FER VÉ­GÉ­TAL. À NO­TER QUE LA VI­TA­MINE C AUG­MENTE L’AB­SORP­TION DU FER, IL EST DONC JU­DI­CIEUX DE CONSOM­MER DES ALI­MENTS RICHES EN VI­TA­MINE C EN MÊME TEMPS QUE CEUX RICHES EN FER.

vi­ta­mine D et Omé­ga 3, at­ten­tion À son ori­gine

LA CA­RENCE EN VI­TA­MINE D OU EN OMÉ­GA 3 CONCERNE LES PER­SONNES VÉGÉTARIENNES ET CARNIVORES. AT­TEN­TION AUX SUPPLÉMENTATIONS, QUI SONT PAR­FOIS D’ORI­GINE ANIMALE.

DANS SON RAP­PORT AC­TUA­LI­SÉ DE 2016, L’ACA­DÉ­MIE DE NU­TRI­TION ET DE DIÉ­TÉ­TIQUE AMÉ­RI­CAINE A RE­NOU­VE­LÉ SA PO­SI­TION CONCER­NANT LE VÉGÉTARISME : « L’ALI­MEN­TA­TION VÉ­GÉ­TA­RIENNE BIEN CONÇUE, Y COM­PRIS VÉ­GÉ­TA­LIENNE, EST SAINE, ADÉ­QUATE SUR LE PLAN NU­TRI­TION­NEL [...] ELLE EST AP­PRO­PRIÉE À TOUS LES ÂGES, Y COM­PRIS PEN­DANT LA GROS­SESSE, L’AL­LAI­TE­MENT, LA PE­TITE EN­FANCE, L’EN­FANCE ET L’ADO­LES­CENCE, LE TROI­SIÈME ÂGE ET POUR LES SPOR­TIFS. SOU­VENT LE VÉGÉTARISME AMÈNE À UNE RÉ­FLEXION SUR L’ALI­MEN­TA­TION ET À ÊTRE PLUS VI­GI­LANT NO­TAM­MENT VIS-À-VIS DE L’ALI­MEN­TA­TION QUE L’ON DONNE À NOS EN­FANTS. GÉ­NÉ­RA­LE­MENT ON RE­TROUVE « UNE PLUS GRANDE CONSOM­MA­TION DE FRUITS ET DE LÉ­GUMES, MOINS DE BON­BONS ET D’EN-CAS SA­LÉS ET DES AP­PORTS PLUS FAIBLES EN GRAISSES, NO­TAM­MENT SA­TU­RÉES CHEZ LES EN­FANTS ET ADO­LES­CENTS VÉ­GÉ­TA­RIENS. CE QUI IN­DUIT DES CONSÉ­QUENCES PO­SI­TIVES POUR CEUX-CI : « IL AP­PA­RAÎT QUE LES EN­FANTS VÉ­GÉ­TA­RIENS ET VÉGÉTALIENS NE PRÉ­SENTENT PAS DE HAN­DI­CAP DANS LEUR DÉVE-LOP­PE­MENT VI­SUEL OU MEN­TAL ET QUE LES ADULTES VÉ­GÉ­TA­RIENS ET VÉGÉTALIENS ONT UN RISQUE IN­FÉ­RIEUR DE MA­LA­DIES CAR­DIO-VASCU-LAIRES. [...] LES EN­FANTS ET LES ADO­LES­CENTS VÉ­GÉ­TA­RIENS ONT UN RISQUE IN­FÉ­RIEUR DE SUR­POIDS ET D’OBÉ­SI­TÉ PAR RAP­PORT AUX NON-VÉ­GÉ­TA­RIENS DU MÊME ÂGE. IL N’Y A DONC PAS D’IN­QUIÉ­TUDE À AVOIR CONCER­NANT L’ALI­MEN­TA­TION VÉ­GÉ­TA­RIENNE CHEZ LES EN­FANTS. IL FAUT SIM­PLE­MENT VEILLER À CE QUE L’ALI­MEN­TA­TION DE L’EN­FANT SOIT ADAP­TÉE À SES BE­SOINS, COMME N’IM­PORTE QUEL PARENT DE­VRAIT LE FAIRE.

plus d’in­fos sur le site de l’aVF !

As­so­cia­tion Vé­gé­ta­rienne de France - 84, rue d'Hau­te­ville 75010 Pa­ris 01 44 83 97 04 www.ve­ge­ta­risme.fr

À LIRE

Pe­tit vé­gé­ta­rien gour­mand - Re­cettes

et conseils nu­tri­tion de 0 à 6 ans de Marie La­fo­rêt et Lu­do­vic Rin­got

(Al­ter­na­tives)

L ’ali­men­ta­tion vé­gé­ta­rienne bien conçue [...] est ap­pro­priée à tous les âges, y com­pris pen­dant la gros­sesse, l’al­lai­te­ment, la pe­tite en­fance,

l’en­fance et l’ado­les­cence, le troi­sième âge et pour les ps or­tifs. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.