AN­TI-GASPI

Esprit Veggie - - Sommaire -

épi­sode n°1 : les éplu­chures

Cle­haque an­née, un tiers des pro­duits dans

monde ne sont ja­mais consom­més : ils sont in­ci­né­rés ou en­fouis. EN FRANCE CE­LA RE­PRÉ­SENTE 10 MIL­LIONS DE TONNES DE NOUR­RI­TURE PAR AN, L’ÉQUI­VALENT DE 18 MIL­LIARDS DE RE­PAS TOUT SIM­PLE­MENT BALANCÉS À LA POU­BELLE.

La palme d’or du gas­pillage ali­men­taire re­vient aux mé­nages avec 20 à 30 kg de nour­ri­ture je­tés chaque an­née par per­sonne. ET COMME VOUS L’AU­REZ SANS DOUTE NO­TÉ, NOUS SOMMES 67 MIL­LIONS D’HA­BI­TANTS DANS CE PAYS. tous ces ali­ments pro­duits mais non consom­més ont... gé­né­ré des gaz à ef­fet de serre, uti­li­sé de l’eau, contri­bué à l’éro­sion et l’ap­pau­vris­se­ment des sols, par­ti­ci­pé à la dé­fo­res­ta­tion, fa­vo­ri­sé la des­truc­tion des in­sectes pol­li­ni­sa­teurs, etc. SE­LON LA FAO, LE COÛT AN­NUEL EN­VI­RON­NE­MEN­TAL LIÉ AU GAS­PILLAGE ALI­MEN­TAIRE EST DE 700 000 000 000 DE DOL­LARS (BON COU­RAGE POUR LIRE CE CHIFFRE !).

par ailleurs, n’ou­blions pas qu’en France une per­sonne sur dix a du mal à se nour­rir. DANS LE MONDE, PRÈS D’UN MIL­LIARD DE PER­SONNES SOUFFRENT DE FAIM ET DE MALNUTRITION. ON EST TOUS CONCER­NÉS ET IL EST TEMPS DE FAIRE BOU­GER LES CHOSES ! VOI­CI DONC UNE NOU­VELLE RU­BRIQUE AN­TI-GASPI : DANS CHAQUE NUMÉRO, DES GESTES SIMPLES, DES AS­TUCES ET DES IN­FOS POUR RÉ­GLER SON COMPTE AU GAS­PILLAGE ALI­MEN­TAIRE. nos dé­chets or­ga­niques de­vraient tous être com­pos­tés et ren­dus à la terre. AU LIEU DE CE­LA, LA MA­JO­RI­TÉ EST INCINÉRÉE OU ENFOUIE. 80% DE LA PO­PU­LA­TION FRAN­ÇAISE VI­VANT DÉ­SOR­MAIS EN VILLE, IL EST ILLU­SOIRE D’IMA­GI­NER QU’ON POUR­RA CHAN­GER LA DONNE EN MA­TIÈRE DE DÉ­CHETS MÉ­NA­GERS ET DE POL­LU­TION SI ON NE SE DONNE PAS LES MOYENS D’IN­TÉ­GRER LE COM­POS­TAGE UR­BAIN DANS NOS PRA­TIQUES QUO­TI­DIENNES. MAIS EN AT­TEN­DANT NOTRE PRO­CHAINE RU­BRIQUE « AN­TI-GASPI » CONSA­CRÉE AU COM­POS­TAGE, ON PEUT TOUS AGIR ET RÉ­DUIRE À LA SOURCE LE VOLUME DES ÉPLU­CHURES MIS À LA POU­BELLE! pour au­tant, ar­rê­tons de croire qu’on va cui­si­ner nos éplu­chures tous les jours... RE­CETTES ET LIVRES POUR CUI­SI­NER LES ÉPLU­CHURES FLEU­RISSENT EN ABON­DANCE CES TEMPS-CI. CE­LA A AU MOINS L’IN­TÉ­RÊT DE NOUS SEN­SI­BI­LI­SER À LA PERTE QUE RE­PRÉ­SENTENT LES ÉPLU­CHURES JE­TÉES. MAIS IN­UTILE DE SE VOILER LA FACE : PEU D’ENTRE NOUS ONT LE TEMPS DE CUI­SI­NER « EN PLUS » LES ÉPLU­CHURES ALORS QU’ON A DÉ­JÀ DU MAL À CUI­SI­NER « TOUT COURT ». EN OUTRE, BEAU­COUP DE CES RE­CETTES NE SONT

TOUT SIM­PLE­MENT PAS TRÈS BONNES, EN TOUT CAS

PAS AU POINT DE LES FAIRE RÉ­GU­LIÈ­RE­MENT.

mais... TOUTES LES FANES SONT TRÈS FA­CILES ET BONNES À CUI­SI­NER ! RA­DIS, BET­TE­RAVES, NAVETS, CA­ROTTES... IL NE FAUT PAS SE PRI­VER DE LES AJOU­TER TOUT SIM­PLE­MENT DANS LA SOUPE. AT­TEN­TION CE­PEN­DANT CONCER­NANT LES FANES DE CA­ROTTES : IL FAUT EN­LE­VER LA NERVURE CEN­TRALE QUI EST TROP CO­RIACE, MÊME CUITE.

EN FRANCE, C’EST 20 À 30 KG DE NOURRITURES

JE­TÉS CHAQUE AN­NÉE PAR PER­SONNE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.