Une RES­PI­RA­TION puis­sante

Une sé­quence pour re­trou­ver toute la flui­di­té, la puis­sance et la ri­chesse de notre souffle, avec ses ef­fets apai­sants et équi­li­brants.

Esprit Yoga HS - - SOMMAIRE - Texte : Sree­ma­ti ; Pos­tures : Ma­ri­cha Du­mont ; Pho­tos : Sé­bas­tien Do­li­don

Je pra­tique une res­pi­ra­tion libre et apai­sante

La res­pi­ra­tion est l’acte le plus simple et le plus ar­du que l'on puisse consi­dé­rer dans le yo­ga. Très simple car de fa­çon na­tu­relle, sans en avoir conscience, le corps s’oc­cupe de res­pi­rer : ce­la se fait. Mais com­plexe, car si nous sommes un peu at­ten­tif nous réa­li­sons que nous avons per­du le na­tu­rel dans cet acte es­sen­tiel. Cer­tains res­pirent uni­que­ment par la bouche, pour d'autres le dia­phragme est blo­qué, la cage tho­ra­cique est trop ou pas as­sez sol­li­ci­tée. Fi­na­le­ment la plu­part des per­sonnes souffrent de « mal res­pi­rer » ce qui peut en­trai­ner di­vers pro­blèmes : manque d'éner­gie, mau­vaise di­ges­tion, crampes ab­do­mi­nales, cage tho­ra­cique blo­quée, mi­graines, mau­vaise oxy­gé­na­tion du corps, in­som­nies. Par la pra­tique du yo­ga, à rai­son d’une séance par se­maine, in­cluant un tra­vail pré­cis de res­pi­ra­tion, il est pos­sible de sen­tir ra­pi­de­ment des ef­fets po­si­tifs sur la qua­li­té de notre souffle, sur notre ca­pa­ci­té res­pi­ra­toire, et re­trou­ver un équi­libre phy­sique et émo­tion­nel.

res­pi­rer par le nez

En yo­ga, la res­pi­ra­tion se fait uni­que­ment par les na­rines. Contrai­re­ment à de nom­breuses pra­tiques spor­tives, on ex­pire éga­le­ment par les na­rines ce qui oblige à gé­rer le souffle en cas de fa­tigue et à ne pas for­cer. Si vous êtes es­souf­flé, il faut ré­duire l’ef­fort et non contraindre le souffle à s'adap­ter à votre rythme cor­po­rel. Sur un plan éner­gé­tique, l'air pas­sant par les na­rines va em­prun­ter et sti­mu­ler les na­dis, des ca­naux éner­gé­tiques sub­tils qui per­mettent au cer­veau d'uti­li­ser d’autres fa­cul­tés. Rap­pe­lons qu’il n’y a pas de bonne ou une mau­vaise res­pi­ra­tion en soi, mais une res­pi­ra­tion qui est la plus adap­tée à notre ac­ti­vi­té, à la pos­ture que l’on prend et à l’état que l’on cherche (dé­tente, dy­na­misme).

Chaque pos­ture de la sé­quence que nous vous pro­po­sons tra­vaille un élé­ment par­ti­cu­lier de la res­pi­ra­tion. Vous al­lez ap­prendre à sen­tir et ac­ti­ver avec une grande am­pli­tude le dia­phragme, pre­mier muscle de la res­pi­ra­tion. On res­sent ra­re­ment le dia­phragme di­rec­te­ment, mais on peut per­ce­voir les mou­ve­ments de l’ab­do­men quand le dia­phragme des­cend et se contracte (le ventre se bombe) et vi­sua­li­ser le dia­phragme qui re­monte lorsque les côtes s’élèvent. La res­pi­ra­tion dia­phrag­ma­tique ap­porte calme, sé­ré­ni­té, dé­tente et per­met au sys­tème di­ges­tif de mieux fonc­tion­ner. Le tra­vail d’ou­ver­ture de la cage tho­ra­cique vien­dra dy­na­mi­ser et aug­men­ter votre ca­pa­ci­té res­pi­ra­toire et sti­mu­ler votre éner­gie vi­tale. En­suite na­tu­rel­le­ment la res­pi­ra­tion se pla­ce­ra dans les pos­tures, soit com­plète soit dia­phrag­ma­tique ou cos­tale. En sti­mu­lant cer­taines par­ties du corps, cer­tains centres éner­gé­tiques, la res­pi­ra­tion dans les pos­tures ap­porte di­vers bien­faits : confiance, éner­gie, ou­ver­ture du coeur, joie, équi­libre, calme, concen­tra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.