En fi­nir avec le MAL DE TÊTE

Les maux de tête et les mi­graines touchent une per­sonne sur deux plus ou moins ré­gu­liè­re­ment. Bonne nou­velle : le yo­ga peut ai­der à s’en dé­bar­ras­ser !

Esprit Yoga HS - - SOMMAIRE - Texte et pos­tures : Cé­line Mi­con­net ; Pho­tos : Sé­bas­tien Do­li­don

Éloi­gner et dis­soudre les maux de tête

Avez-vous dé­jà eu la sen­sa­tion d’avoir la tête prise dans un étau ? Ce sont les maux de tête les plus fré­quents. On les ap­pelle les cé­pha­lées de ten­sion, car elles sont le ré­sul­tat di­rect d’une forte ten­sion des muscles du cou, du vi­sage et du cuir che­ve­lu. La tête peut être prise tout en­tière ou par­tiel­le­ment et la cé­pha­lée peut être ac­com­pa­gnée de four­mille­ments dans les bras et les jambes. Le stress est l’une des causes prin­ci­pales des cé­pha­lées de ten­sion. Et oui, les sou­cis nous donnent mal à la tête, comme l’évoque l’ex­pres­sion « ça me prend la tête ».

Des causes mul­tiples

Les femmes sont trois à quatre fois plus tou­chées que les hommes. Les crises peuvent être très dou­lou­reuses et lors­qu’elles se pro­duisent plu­sieurs fois par mois, elles peuvent im­pac­ter for­te­ment notre qua­li­té vie. Les signes pré­cur­seurs à une crise mi­grai­neuse sont dif­fé­rents se­lon les in­di­vi­dus. Ce­la peut com­men­cer par une simple cé­pha­lée qui aug­mente pro­gres­si­ve­ment jus­qu’à de­ve­nir in­sup­por­table. On peut voir des éclairs, perdre un ins­tant la vi­sion, res­sen­tir une grande fa­tigue, une hy­per­sen­si­bi­li­té au bruit et à la lu­mière, avoir des nau­sées, par­fois de­voir cher­cher ses mots, ne plus pou­voir ré­flé­chir, etc. Des four­mille­ments dans les bras, les jambes ou le vi­sage peuvent ap­pa­raître avant ou pen­dant la mi­graine, pou­vant al­ler jus­qu'à une pa­ra­ly­sie tem­po­raire de ces par­ties du corps. La crise mi­grai­neuse est ex­trê­me­ment dou­lou­reuse et han­di­ca­pante.

l’aide du yo­ga

Les causes de la mi­graine sont en­core le su­jet de nom­breuses contro­verses. Il n’y au­rait pas une cause, mais plu­sieurs. La crise de mi­graine naît d’une ac­ti­va­tion neu­ro­nale in­ap­pro­priée qui dé­clenche un « orage » cé­ré­bral. Ce­la peut être dû aux hor­mones, ou à un mau­vais fonc­tion­ne­ment des fonc­tions d’as­si­mi­la­tion : le foie, le pan­créas, les reins. Les mi­graines peuvent aus­si, tout comme les maux de têtes plus lé­gers, pro­ve­nir d’un manque de som­meil, de ten­sions mus­cu­laires dans le haut du dos et les cer­vi­cales, d’un ex­cès de stress. Bien heu­reu­se­ment, le yo­ga va pou­voir contri­buer à sou­la­ger les mi­graines. Il agit comme un trai­te­ment de fond : à l’aide des pos­tures, de la res­pi­ra­tion et de la mé­di­ta­tion, vous al­lez per­mettre à tout votre or­ga­nisme de mieux fonc­tion­ner. Le sys­tème ner­veux pa­ra­sym­pa­thique, com­pa­rable à la pé­dale de frein sur une voi­ture, va être ré­équi­li­bré, aus­si bien par les pos­tures adap­tées que par les res­pi­ra­tions (pra­naya­ma). Vous dor­mi­rez mieux et l’ex­cès de stress va pou­voir être éli­mi­né. Le fonc­tion­ne­ment de votre sys­tème hor­mo­nal va être re­boos­té. Les or­ganes tels que le foie, le pan­créas, les reins, les in­tes­tins, vont être sti­mu­lés et ré­gu­lés, ain­si vous al­lez pou­voir re­mo­bi­li­ser votre éner­gie vi­tale. Les ten­sions mus­cu­laires dans le haut du dos, les tra­pèzes et la nuque vont se trou­ver éga­le­ment li­bé­rées par la pra­tique du yo­ga.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.