TU ME SUIS OU PAS ?

Esprit Yoga - - L'ame & L'esprit - Par Lau­rence Gay*

Une amie qui donne des cours de yo­ga à Pa­ris m'avait par­lé du chan­ge­ment de ges­tion d'un centre où elle exer­çait. Le nou­veau pro­prié­taire avait re­ma­nié l'équipe d'en­sei­gnants en ne conser­vant que ceux très pré­sents sur les ré­seaux so­ciaux. En d'autres termes, si les profs avaient un nombre im­por­tant de sui­veurs sur les ré­seaux so­ciaux, ils étaient ju­gés in­té­res­sants pour le centre. Ne croyez pas que ce soit une anec­dote iso­lée. Plus ré­cem­ment, une per­sonne qui tra­vaille à l'ac­cueil d'un centre m'avait confié qu'elle s'in­ter­ro­geait sur le choix qu'avait fait le di­rec­teur du centre en em­bau­chant une nou­velle prof, très connue sur les ré­seaux so­ciaux certes, mais ap­pa­rem­ment pas au­tant cré­dible dans son rôle d'en­sei­gnante.

Les centres s'équipent de plus en plus d'ou­tils de ges­tion qui leur per­mettent de suivre la fré­quen­ta­tion des cours (nor­mal, l'ar­gent est le nerf de la guerre) et d'ob­te­nir des sta­tis­tiques sur le « ren­de­ment » de chaque en­sei­gnant. On pour­rait pen­ser, naïfs que nous sommes, que la va­leur d'un prof de yo­ga ré­side dans sa ca­pa­ci­té à en­ca­drer un groupe d'in­di­vi­dus en usant de pé­da­go­gie pour trans­mettre son sa­voir. Il semble qu'il en soit do­ré­na­vant au­tre­ment. Un chan­ge­ment de pa­ra­digme a clai­re­ment eu lieu. Le centre de yo­ga ne s'ap­pelle d'ailleurs que ra­re­ment école, sa ré­pu­ta­tion re­pose plus sur la po­pu­la­ri­té vir­tuelle des ses en­sei­gnants que sur l'en­ca­dre­ment qu'ils pro­posent. C'est d'ailleurs aus­si au coeur de la stra­té­gie de beau­coup de sites de cours de yo­ga en ligne. Est-ce grave ? Ce n'est pas la ques­tion que je me pose.

Ce sur quoi je m'in­ter­roge porte sur le de­ve­nir d'un pro­fes­seur de yo­ga dont l'ob­jec­tif n'est pas le clien­té­lisme mais d'ac­com­pa­gner avec au­then­ti­ci­té et bien­veillance un groupe de per­sonnes. Il faut sa­voir qu’il est pos­sible sur toutes les pla­te­formes d'ache­ter les sui­veurs aus­si bien que les likes et les com­men­taires. La po­pu­la­ri­té en ligne peut donc être pure mise en scène et peut gon­fler ar­ti­fi­ciel­le­ment la côte d'un en­sei­gnant. Est-ce qu'un pro­fes­seur doit à tout prix se fau­fi­ler dans cette brèche mar­ke­ting pour trou­ver sa place dans une salle de cours ?

Même s'il n'est pas sur le ra­dar de Google, un en­sei­gnant de yo­ga peut va­loir des mil­lions. Sher­pa ano­nyme, il nous guide sur les che­mins tor­tueux du yo­ga, fort de son ex­pé­rience et de sa gen­tillesse. Le voyage qu'il rend pos­sible n'a pas de prix. Amis en­sei­gnants, gardons le cap.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.